Le maire de Shawinigan souhaite voir du mouvement très bientôt sur le site de l’ancienne usine Belgo.
Le maire de Shawinigan souhaite voir du mouvement très bientôt sur le site de l’ancienne usine Belgo.

Site de l’ancienne Belgo: Michel Angers a hâte de voir de l’action

Shawinigan — Le maire de Shawinigan, Michel Angers, souhaite voir bientôt un peu d’action sur le site de l’ancienne papeterie Belgo, afin que le nettoyage amorcé l’an dernier se termine dans les meilleurs délais.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a toujours prévu le redémarrage de ce chantier en mai. Le mois dernier, Sophie Gauthier, porte-parole régionale au MELCC, précisait que ces travaux ne faisaient pas partie des services essentiels, dans le contexte du ralentissement économique causé par la pandémie.

Par contre, tous les chantiers importants peuvent reprendre leurs activités cette semaine. M. Angers suivra de près les intentions du ministère pour la Belgo.

«Je vais être bon joueur, mais je peux vous assurer qu’au cours des prochaines semaines, il va falloir que ça bouge», prévient le maire. «Il n’y a plus de neige et les feuilles n’ont pas commencé à pousser. C’est un spectacle désolant, encore une fois. Ça fait douze ans que je le vois. Il est vraiment plus que temps que le ministère bouge.»

Le maire est évidemment agacé par le fait que ces amas de débris décorent l’une des principales entrées de sa ville. Il s’imagine bien d’autres coups d’œil pour accueillir les visiteurs.

«Ce ne sont pas les idées qui nous manquent», assure M. Angers. «Ce qui nous manque, c’est d’avoir un terrain propre.»

L’été dernier, l’entreprise shawiniganaise Robert Fer & métaux avait entrepris ce grand nettoyage, après avoir déposé la soumission la plus avantageuse lors d’un appel d’offres. Par contre, la quantité de matières résiduelles à disposer avait été mal évaluée, de sorte qu’après six semaines de manœuvres, le MELCC avait décidé de mettre fin au contrat pour éviter une spirale de coûts.

Un nouvel appel d’offres avait ainsi été publié en août. En octobre, le contrat avait été attribué à Sanexen Services environnementaux pour près de 2,4 millions $, un montant deux fois et demie plus élevé que celui qui avait été accordé à Robert Fer & métaux quatre mois plus tôt.

L’entreprise de Brossard n’a toutefois pu entreprendre les travaux à l’automne, notamment en raison de l’arrivée hâtive de la neige. Le nettoyage n’a donc pas progressé depuis que Robert Fer & métaux a quitté le site, le 20 août.

M. Angers ne craint pas que le gouvernement du Québec vaque à d’autres priorités et que ce dossier sombre dans l’oubli, notamment en raison de contraintes financières provoquées par la crise sanitaire.

«J’avais l’impression qu’il y avait une machine qui fabriquait des dollars», badine-t-il. «La pandémie est une chose et l’environnement en est une autre. On ne peut pas laisser un site de cette façon. Quelqu’un (Recyclage Arctic Béluga) devait être responsable du nettoyage de ce site à la suite de son acquisition. C’est silence radio. On n’en entend plus parler depuis de nombreuses années. Selon les règles établies, le ministère de l’Environnement a maintenant la responsabilité de décontaminer, de nettoyer et d’arranger le site.»

En attendant, la direction régionale du ministère des Transports doit reprendre les travaux pour la vérification du mur de l’ancienne usine qui longe le boulevard Pie-XII, la semaine prochaine. Dans ce cas-ci, ces travaux sont jugés prioritaires en raison de l’enjeu de sécurité publique.

Ces manoeuvres s’amorceront donc le 18 mai et devraient durer une dizaine de jours. Comme à l’automne, l’opération consiste à frapper chaque brique et à retirer les débris susceptibles de s’affaisser, comme l’avait vécu un automobiliste en circulant dans ce secteur, l’an dernier.

Roxanne Pellerin, agente aux communications à la direction régionale du MTQ, précise que ces activités de délaminage se déroulent au printemps et à l’automne, lors des changements de température.

«C’est à ce moment que le béton peut travailler», rappelle-t-elle.

Le calendrier prévoit que ces travaux se dérouleront du 18 au 29 mai. Pendant ces manœuvres, une circulation en alternance sera imposée dans le secteur, avec des signaleurs.