Le chef du NPD Jagmeet Singh était de passage dans la circonscription de Berthier-Maskinongé, lundi, afin de parler d’enjeux environnementaux avec différents acteurs de la région. Sur la photo: Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, Jagmeet Singh, chef du NPD, et Robert Aubin, député de Trois-Rivières.

Singh parle environnement

LOUISEVILLE — Après avoir épluché du blé d’Inde avec des citoyens de Saint-Barthélemy dimanche, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh visitait des entreprises de la circonscription de Berthier-Maskinongé, lundi, afin de discuter d’enjeux environnementaux.

C’est accompagné de la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, et du député de Trois-Rivières, Robert Aubin, que M. Singh est allé à la rencontre d’entrepreneurs et d’acteurs du domaine de l’environnement.

Le chef de parti en est à sa troisième visite en Mauricie depuis le début de la saison estivale. «Je veux être plus présent au Québec pour connaître les enjeux», note Jagmeet Singh.

Protéger les cours d’eau
C’est au Domaine du Lac Saint-Pierre, aux abords du lac, que Le Nouvelliste s’est entretenu avec Jagmeet Singh et ses deux députés. C’est d’ailleurs un des sujets qui devaient être abordés lors de cette tournée en Mauricie: la protection des cours d’eau.

M. Singh ainsi que la députée de Berthier-Maskinongé ont remarqué une inquiétude de la part des citoyens de la circonscription, notamment quant à l’achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement fédéral ainsi qu’à la conservation de cours d’eau tels que le lac Saint-Pierre.

«Ici, les gens comprennent les enjeux environnementaux», affirme Jagmeet Singh. Le NPD prévoit, s’il est élu, soutenir les agriculteurs afin que leur impact sur l’environnement et les cours d’eau soit moindre, entre autres en utilisant moins de produits chimiques dans le cadre de leur pratique.

«Il faut changer quelques techniques agricoles», soutient le chef du NPD. «Par contre, il ne faut pas mettre de pression sur les fermiers sans leur donner l’aide nécessaire.»

«Les agriculteurs et les entreprises font partie de la solution», ajoute Ruth Ellen Brosseau.

Énergies renouvelables: créer des emplois
Le NPD compte créer des emplois dans le secteur des énergies renouvelables s’il est élu en 2019. En région, cet engagement pourrait bénéficier à des entreprises telles que Marmen ou encore des institutions telles que la Chaire de recherche du Canada sur les sources d’énergie pour les véhicules du futur de l’UQTR, selon Robert Aubin. «Imaginez le jour où on va prendre les 4,5 milliards $ qui ont été pris pour le pipeline et qu’on décide de l’investir dans des énergies vertes et renouvelables», illustre le député de Trois-Rivières.

«Il faut investir dans les énergies et les technologies du futur: l’énergie solaire, géothermique, les éoliennes», explique Jagmeet Singh.

Les Québécois, soucieux de l’environnement
Le chef du NPD note un souci de l’environnement particulièrement marqué chez les Québécois. «Ici, il y a vraiment cette sensibilité, cette croyance en la protection de l’environnement. Le Québec est un terrain fertile pour ces idées.»

«Le virage doit s’amorcer», souligne Robert Aubin. «Il n’y a personne d’autre que le NPD qui va le faire, parce que les autres partis ont perdu toute crédibilité à ce niveau-là.»

Lundi après-midi, le chef du NPD devait se rendre au magasin général Le Brun, à Maskinongé, afin d’y rencontrer des spécialistes en protection des lacs et des rivières, tels que des représentants du comité de la zone d’intervention prioritaire (ZIP) du lac Saint-Pierre et de l’UPA.

Jagmeet Singh devait également visiter l’entreprise EBI de Saint-Thomas en plus de la pourvoirie Roger Gladu, à Saint-Ignace-de-Loyola.