Huit pompiers du Service d'incendies de la Ville de Shawinigan ont pris part à l'activité.

Simulation d'explosion: une expérience quasi réelle pour les jeunes

Pour la troisième année consécutive, le Collège Shawinigan a organisé une simulation d'explosion dans un laboratoire de chimie à 12 h 55, lundi, en présence des médias de la région.
Des étudiants de divers programmes offerts au Collège Shawinigan ont pris part à la simulation très réaliste visant à mettre en pratique des objectifs pédagogiques.
Les «victimes» ont été soignées par les étudiantes au Centre virtuel d'immersion clinique.
La mise en scène était très près de la réalité puisqu'elle comprenait notamment beaucoup de fumée et un lot de «blessés» à prendre en charge.
Pour la première année, huit pompiers du Service de sécurité incendie Shawinigan ont pris part à l'exercice dans le cadre d'un nouveau partenariat avec la Ville. Leur participation consistait à sortir les 15 «victimes» du lieu de l'explosion et à les mettre à l'abri dans un autre local où elles ont été prises en charge, indique le coordonnateur du Centre virtuel d'immersion clinique du Collège, Luc Grenier.
Cette année, un nouveau programme offert au Collège Shawinigan, technique d'analyses biomédicales, s'ajoute aussi aux autres programmes qui avaient participé aux deux exercices des années précédentes, notamment soins infirmiers, arts, lettres et communications, chimie, et soins pré-hospitaliers d'urgence.
«On avait donc des volontaires pour faire des ponctions veineuses comme dans les centres hospitaliers», indique M. Grenier. Ces ponctions ont ensuite été envoyées à d'autres étudiants. Il y a eu aussi des transfusions massives.
«C'est tout un protocole qu'on veut que nos étudiants puissent pratiquer parce qu'il y a beaucoup de paperasse à faire», explique-t-il.
Dès qu'elles ont été évacuées du local où s'est tenue l'explosion, les «victimes» ont d'abord été confiées aux étudiants en soins préhospitaliers. Ces derniers doivent apprendre à faire des déplacements de patients en cas d'accident.
«Ils les amènent donc dans une zone sécuritaire vers les étudiants de 3e année qui, eux, vont faire le triage pour savoir quelle victime va partir la première en ambulance», explique le coordonnateur.
Ils ont fait un véritable déplacement en ambulance avec un étudiant de première année et deux étudiants de troisième année. Ils sont ensuite revenus au Collège Shawinigan, comme s'ils arrivaient à l'hôpital, afin de reconduire le patient au Centre virtuel d'immersion clinique du Collège.
Des civières avaient été installées dans les corridors comme ça se fait dans les milieux hospitaliers.
C'est alors que les étudiants en soins infirmiers de troisième année, dans le cadre d'un laboratoire d'urgence, ont accueilli chacun des patients afin de les évaluer et de les traiter.
Des «acteurs» personnifiant des médecins et des infirmiers chefs étaient sur place et même des acteurs personnifiant des membres des familles des victimes arrivant en pleurs, ameutés par la nouvelle d'une explosion au Collège Shawinigan. Comme si tout cela n'était pas déjà stressant, les étudiants ont été confrontés à un arrêt cardiorespiratoire.
Tout cela contient de nombreux objectifs pédagogiques que doivent atteindre les étudiants «et c'est pour donner une expérience quasi réelle à chacun de ces étudiants et de ces intervenants», explique M. Grenier.
Ces derniers ont été invités à un débreffage afin de découvrir l'importance du rôle qu'ils ont et le rôle de chacun et «l'importance de la communication, car elle peut venir interférer dans les soins aux patients», fait-il valoir.
«Les pompiers aussi voient les retombées pédagogiques de cette activité», fait-il remarquer.
Selon Luc Grenier, la simulation annuelle d'explosion fait en sorte que «les étudiants en soins infirmiers voient en même temps la responsabilité infirmière et l'importance de la collaboration entre les programmes, les professions, parce que souvent, il y a des guerres de clocher, dans les milieux hospitaliers, entre les techniques d'analyses biomédicales et soins infirmiers ou bien entre les soins infirmiers et les ambulanciers.
Alors ça, ça enlève tout ça et ça donne vraiment de l'information sur le rôle de chacun qui est extrêmement important dans la séquence d'un patient, de l'accident à l'hôpital jusqu'au rétablissement», dit-il.