Kim Côté

«Signe d’une démocratie en santé»

NICOLET — L’élection partielle du 18 novembre prochain à Nicolet pour le poste de conseiller ou conseillère a suscité un tel engouement que pas moins de sept candidats se disputent le siège numéro 3 laissé vacant par la démission de Luc Labrecque survenue huit mois seulement après son élection.

«J’accueille ça avec grand plaisir. C’est signe d’une démocratie en santé et que les gens ont le goût de travailler avec nous. Ça fait une différence de s’impliquer à Nicolet. Et un modèle de femme attire des femmes», a commenté la mairesse Geneviève Dubois, alors que cinq des sept aspirants sont féminins.

Lisa Claude P.-Laforge

Pour Kim Côté, il s’agit d’une première expérience. Travaillant au Carrefour jeunesse-emploi comté Nicolet-Bécancour, la femme de 31 ans croit que c’est en s’impliquant dans son milieu qu’on peut changer les choses. Son champ d’expertise est vaste, des saines habitudes de vie au développement global des enfants, en passant par la pédagogie, l’employabilité jusqu’à l’implication sociale et le développement économique.

«En siégeant au conseil municipal, je m’engage à faire valoir les intérêts de tous les citoyens», a-t-elle indiqué.

Louise Nyström

Pour sa part, Sylvain Deshaies a déjà tenté sa chance il y a quelques années. Rattaché à la Financière agricole du Québec, l’homme de 50 ans siège au sein de différents conseils d’administration. Depuis plus de dix ans, il s’implique bénévolement auprès des jeunes de Nicolet, à la tête d’associations sportives.

«Comme je suis un gars d’action, je veux donner mon temps à toute la population de Nicolet. J’ai à cœur la ville et son développement», a fait savoir cet ancien administrateur de chambre de commerce.

Sylvain Deshaies

Alors qu’elle vient de vivre une campagne provinciale, Marie-Claude Durand offre maintenant ses services au niveau municipal. Celle qui relève un nouveau défi chez Lettrage Griffon et Ozone sérigraphie s’implique activement dans plusieurs organisations. La femme de 41 ans est présidente de la Société pour la rénovation et la réfection du Quai du Port-St-François. Ses priorités sont l’environnement, la mobilité durable et l’achat local ainsi que le développement économique, la revitalisation du centre-ville et les installations sportives.

«Mon goût de servir est toujours très présent. Je crois avoir démontré que j’aime ma ville et ma région et que je veux faire partie des gens qui font la différence», soutient-elle, faisant référence à sa récente campagne électorale pour le Parti libéral du Québec.

Chantal McMahon

Ancien employé à la Ville pendant 27 ans, Réal Héon en sera à sa troisième tentative. Plusieurs dossiers le préoccupent, dont le compte de taxes, les refoulements d’égouts, les voitures électriques, les limites de vitesse et les pistes cyclables. L’homme de 63 ans propose de vendre le terrain vacant sur la rue de Monseigneur-Panet, acquis par la Ville, «mais qui ne rapporte aucune taxe municipale».

«Si je suis élu, je compte orienter mes efforts dans la gestion serrée des dépenses, comme il se faisait avant les fusions municipales», a-t-il promis.

Réal Héon

Grand-mère de six petits-enfants, Chantal McMahon dit avoir été approchée par des citoyens pour poser sa candidature, d’où sa décision de se lancer dans l’aventure pour une première fois. Cette enseignante retraitée de la commission scolaire de La Riveraine depuis juin 2017 est maintenant marguillère pour la Fabrique Saint-Jean-Baptiste de Nicolet.

«En plus d’être une femme avec une expérience de vie, je suis énergique, responsable, organisée, dévouée et disponible. Je serai à l’écoute des citoyens et citoyennes de la Ville et par le fait même, je travaillerai en collaboration avec les membres du conseil pour faire avancer la municipalité», a-t-elle pris comme engagement.

Marie-Claude Durand

De son côté, Louise Nyström fait du bénévolat depuis 25 ans. Enseignante de profession, la femme de 64 ans a toujours voulu faire de la politique depuis sa jeunesse. D’ailleurs, dans une première tentative, sous l’administration du maire Alain Drouin, elle avait récolté 530 voix.

«J’ai aidé beaucoup de gens, que ce soit pour du harcèlement au travail ou des logements. Je fais partie de quatre conseils d’administration. Je pourrais prendre n’importe quel dossier. Je suis dynamique, vaillante et j’ai beaucoup d’expérience. C’est exactement la job qui me convient», a-t-elle confié.

Finalement, Lisa Claude Pepin-Laforge souhaite siéger depuis longtemps au sein du conseil municipal. Depuis 2014, elle est membre du comité consultatif citoyen. Son implication au cœur des cafés-citoyens lui offre un lien direct avec les gens de Nicolet de tous les âges et lui permet de prendre connaissance des différentes visions et des besoins des citoyens. La femme de 34 ans collabore au développement de la Maison des jeunes et elle a participé, entre autres, à la mise en œuvre de l’émission La petite séduction.

«Il est possible d’améliorer les choses quand on s’y engage à fond», affirme cette technicienne en documentation à l’Institut secondaire Keranna.

Le bureau de vote le jour du scrutin sera ouvert le dimanche 18 novembre 2018, de 10 h à 20 h à l’école secondaire Jean-Nicolet. Au même endroit, mais de midi à 20 h, aura lieu un vote par anticipation le dimanche 11 novembre 2018.

Le résultat sera annoncé, immédiatement après le recensement des votes, dans la salle Joseph-Ovide-Rousseau située au 180, rue de Monseigneur-Panet à Nicolet, laquelle sera accessible au public à compter de 19 h 30.