La Ville de Shawinigan songe à obliger les propriétaires de chats à se procurer une licence annuelle pour leur animal.

Une licence pour chaque chat?

Le conseil municipal de Shawinigan songe sérieusement à exiger aux propriétaires de chats l'achat d'une licence, afin de mieux contrôler leur présence sur le territoire.
Cette délicate mission fait partie de l'entente de service entre la Ville et la Société protectrice des animaux de la Mauricie, signée l'an dernier.
En effet, dans sa liste d'obligations à remplir, la SPAM s'engage, en 2014, à «mettre en place et maintenir à jour, avec des ressources matérielles, humaines et financières que cela requiert, un service permanent de recensement des chiens et des chats afin de mettre à jour la base de données informatisées permettant de charger aux propriétaires ou gardiens desdits animaux de compagnie, le cas échéant, le prix des licences, étant entendu que pour cet exercice, la vente de médaillons pour chat est autorisée à titre facultatif.»
Lors de la séance extraordinaire du 18 décembre, les élus ont déjà annoncé quelques modifications au titre 8 du Règlement général, qui porte sur la garde et le contrôle des animaux. Une refonte de ce chapitre est prévue au cours des prochains mois, mais les mesures annoncées en décembre sont déjà entrées en vigueur.
Ainsi, des droits de 20 $ étaient exigés pour une licence à chaque année. Dorénavant, les frais s'établiront à 25$ pour un «animal» stérilisé et à 35 $ pour un «animal» fertile.
Questionné à savoir si cette politique s'adresserait dorénavant aux chats, le maire, Michel Angers, convient que les élus analysent sérieusement cette possibilité.
Pour le moment, ces animaux ne sont pas spécifiquement mentionnés dans le chapitre sur l'obtention des licences. L'obligation vise uniquement les chiens.
«La SPAM nous a demandé de réfléchir en ce qui concerne les chats», explique M. Angers. «Nous aurons une discussion en début d'année. Trois-Rivières fonctionne déjà comme ça. Nous ferons le débat; je veux prendre le temps de bien expliquer tout cela à la population. Mais ça va très certainement tendre vers cette direction. Les chats errants représentent une difficulté.»
Trois-Rivières avait adopté cette politique en 2003, non sans créer un certain mécontentement. L'ancienne Ville de Shawinigan avait aussi tenté le coup dans les années 90, mais le soulèvement populaire avait fait reculer les élus.
Selon l'entente de service avec la SPAM, la vente de médaillons pour chats serait d'abord introduite à titre facultatif en 2014. La réflexion portera surtout sur ce qui se passera par la suite.
Actuellement, les résidents du périmètre urbain sont limités à deux chats ou deux chiens par unité de logement, ainsi qu'à un maximum de trois de ces animaux.
Sans vouloir présumer des intentions du conseil municipal, le directeur général de la SPAM, Serge Marquis, souligne que même avant son arrivée dans le parc industriel Albert-Thibeault, il observait un problème de chats abandonnés à Shawinigan. Il souhaite donc que les élus lui donneront les outils pour faciliter le contrôle animalier sur le territoire.
«Nous visons une modification du règlement pour une meilleure prise en considération de la présence des chats», convient-il.
«Trois animaux sur quatre qui sont abandonnés sont des chats. Il faut donc avoir une considération particulière pour l'espèce féline, à cause de la réalité de leur prolifération. Selon des statistiques reconnues, deux chats laissés dans des conditions optimales de reproduction en auront généré au-delà de 20 000 au bout de quatre ans. Leur potentiel de prolifération est incroyable!»
Parmi les autres modifications adoptées en décembre, notons que la licence sera dorénavant payée pour douze mois, peu importe le moment de l'achat. Auparavant, elle devait être renouvelée entre le 1er janvier et le 30 avril. Le propriétaire devra toutefois payer sa licence dans les trente jours qui précéderont la date d'anniversaire de son émission.