Justine Prud’homme responsable du développement du Marché public de Shawinigan et Gilles Lafrenière, président du conseil d’administration, exhibent les nouveautés dévoilées mercredi.

Une année de transition

SHAWINIGAN — La nouvelle gouvernance du Marché public de Shawinigan produit sa première récolte. En conférence d’information mercredi après-midi, la direction de la coopérative a annoncé deux nouveautés, soit la création d’un passeport découvertes et celle du Petit marché.

Au début de l’année, Gilles Lafrenière, président du conseil d’administration, avait prévenu que l’ère de la succession de directeurs généraux au Marché public de Shawinigan était terminée. Les administrateurs avaient décidé de ne pas renouveler le contrat de Pijouma Traoré, qui était devenu, en février 2017, le troisième directeur général de l’organisme en un an.

Au cours des derniers mois, les marchands ont donc dû s’impliquer davantage afin de redonner un sens au mouvement coopératif. Les premiers résultats de cette concertation ont été présentés mercredi. «Les marchands sont plus impliqués», observe M. Lafrenière. «Ça renforce le sentiment d’appartenance, ça répartit les actions et les idées. Dans le fond, c’est l’esprit d’une coopérative. Les gens prennent plus leur place.»

«Le changement a entraîné une harmonie», ajoute Justine Prud’homme, responsable du développement. «Nous avons enlevé la tête par qui tout devait passer. Les gens s’attendaient à ce que (le directeur général) fasse tout. C’est très demandant!»

Sans entrer dans les détails de la fréquentation de l’importante période estivale, les porte-parole qualifient 2018 d’année de transition. Le changement de gestion et les mouvements provoqués par certains départs sonnent le début d’un temps nouveau.

«Quand la Boucherie Ricard est partie, ça a créé un momentum pour réaménager, mieux utiliser nos espaces», explique M. Lafrenière. «Nous avons pris cet événement comme une opportunité pour bouger de façon constructive.»

Pour compléter le travail des administrateurs, la coopérative a engagé, à contrat, trois femmes qui rempliront des mandats bien précis. Ainsi, Anne-Renaud Deschênes développera le volet historique du marché. Midorie Villeneuve Chassé prend en charge les communications, tandis que Karine Bouchard s’occupe de l’animation de la page Facebook.

Nouveautés

Depuis plusieurs années, l’idée d’une carte fidélité flottait dans l’air au Marché public de Shawinigan. Le concept a finalement pris la forme d’un passeport découvertes.

Chaque marchand suggère des tranches d’achats au client et lorsque sa page est complétée, le détenteur du passeport pourra choisir l’un des trois cadeaux découvertes associés, d’une valeur d’environ 7,50 $ chacun. Avec quinze marchands, le client peut ainsi mettre la main sur environ 112,50 $ en produits divers. Les passeports se vendent 25 $ par année, somme qui inclut une part sociale de 10 $ pour devenir membre de la coopérative.

À noter que les choix de cadeaux doivent être effectués ailleurs que chez le marchand où les tranches d’achats ont été faites, ce qui, selon Mme Prud’homme, favorisera les découvertes.

«On veut faire voyager les gens», image-t-elle. «Quand ils viennent nous voir, ils ont souvent une destination bien précise. On veut les faire bouger.»

Vers la fin novembre, les visiteurs constateront également la présence du Petit marché, qui sera alors aménagé tout près de l’entrée principale. Au début 2019 toutefois, il déménagera à l’arrière, où il sera intégré à un concept d’animation dont les détails seront dévoilés au cours des prochains mois.

«Le Petit marché répond aux besoins des producteurs», explique M. Lafrenière. «Ils auront des espaces et un temps qui correspondent à leurs besoins.»

Au cours des prochaines semaines, six espaces seront donc dédiés à ces producteurs à l’intérieur du Petit marché, les vendredis et samedis. Les jeudis et dimanches, ces places seront attribuées gratuitement à des organismes communautaires de Shawinigan. En 2019, le Petit marché s’agrandira, avec une vingtaine de stands prévus.

«Nous répondons aussi aux besoins des clients, puisque notre offre alimentaire sera beaucoup plus grande», prévoit le président. «Nous avons 200 producteurs et artisans qui se sont montrés intéressés à venir ponctuellement prendre des espaces.»