Valérie Lalbin, directrice générale de l’Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan.

Un déménagement au printemps pour l’OTFC de Shawinigan

Shawinigan — L’Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan doit prolonger son séjour au Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins, mais la directrice générale, Valérie Lalbin, assure que cette mesure transitoire ne deviendra pas permanente. La recherche de nouveaux locaux se poursuit et l’organisme souhaite tourner la page sur cette saga avant la prochaine haute saison touristique, donc quelque part au printemps 2018.

Tout dirigeait l’OTFC vers l’ancienne Place Cascade, qui bénéficie d’une cure de rajeunissement majeure au coin de la 5e Rue de la Pointe et de l’avenue de la Station. La firme Olymbec, propriétaire de cet immeuble, avait été la seule à déposer des propositions dans le cadre du dernier appel d’offres pour trouver des locaux à l’organisme. Elle suggérait deux aménagements différents, mais le mois dernier, le conseil d’administration de l’OTFC a décidé de mettre fin au processus sans accorder de contrat.

L’organisme se retrouve donc une fois de plus le bec à l’eau, après les tentatives infructueuses de 2015 et de 2013. Mme Lalbin indique toutefois que le conseil d’administration préfère attendre la bonne occasion plutôt que signer un bail qui ne respecterait pas les capacités financières de l’OTFC. 

Cet élément a d’ailleurs joué dans le rejet des deux soumissions d’Olymbec, de même que certaines considérations techniques, particulièrement des contraintes importantes par rapport au stationnement des visiteurs. Selon la configuration proposée, la firme offrait une location mensuelle à 4745 $ ou à 5671 $, pour une durée de cinq ans.

En conséquence, le séjour de l’OTFC au CEAD, qui devait durer d’août à la fin novembre, sera prolongé de quelques mois. Pour le moment, l’équipe bénéficie d’une entente de renouvellement mensuel dans l’ancienne Wabasso.

«Ce qui devait être très temporaire s’allonge pour l’instant», reconnaît Mme Lalbin. «Ça fait deux appels d’offres qu’on fait dans le périmètre visé. On connaît les bâtiments, les installations qui répondent à nos critères, on connaît le marché. On revoit donc les espaces. C’est hors de question qu’on reparte en appel d’offres public. On l’a vu la dernière fois, la réponse est tellement faible qu’on pense qu’on n’y arrivera pas de cette façon.»

Mme Lalbin a fait les vérifications et selon elle, l’OTFC n’est pas tenue d’aller en appel d’offres pour se trouver de nouveaux locaux. L’organisme vise une entente de gré à gré et selon la directrice générale, le conseil d’administration étudiera prochainement une nouvelle offre, toujours dans le périmètre visé. Ce dernier se résume à la 5e Rue de la Pointe, entre les avenues de la Station et des Cèdres, ainsi que la Promenade du Saint-Maurice, dans le secteur de l’avenue Willow.

«L’intention de déménager demeure bel et bien, dans les meilleurs délais possible», assure Mme Lalbin. «Les besoins demeurent les mêmes. Où qu’on aille, la décision sera basée sur la solution la plus avantageuse pour l’organisation, en respect avec sa capacité financière.»

La directrice générale croit réaliste de régler ce dossier une fois pour toutes d’ici la fin de l’année. Mais puisque des réaménagements demeureront inévitables dans ces nouveaux bureaux, leur intégration semble peu probable avant le printemps.

«Aucun local ne pourrait nous accueillir sans un minimum de travaux pour respecter les éléments du devis technique», observe-t-elle. «Je souhaite qu’on puisse déménager avant le début de la saison touristique.»