Terrains contaminés: Shawinigan veut le portrait

La Ville de Shawinigan veut connaître le potentiel de réhabilitation de la cinquantaine de terrains contaminés qui parsèment son territoire. La première étape de ce processus consistera à réaliser des études et la caractérisation de ces propriétés.
En assemblée publique mardi soir, le conseiller Guy Arseneault a présenté un avis de motion qui prévoit un emprunt de 700 000 $ pour entreprendre ces démarches. Malgré son lourd passé industriel, la Ville ne s'était jamais lancée dans un mandat aussi exhaustif, constate le maire, Michel Angers.
«Quelques sites sont identifiés, mais nous avons une spécialiste qui se penchera là-dessus», commente-t-il. «Nous savons que des sommes d'argent très importantes sont disponibles. Il faut passer à l'action. Nous savons que des promoteurs privés sont intéressés à participer à l'opération.»
«Présentement, nous avons des terrains contaminés qui sont clôturés et personne ne bouge», ajoute M. Angers.
«J'ai besoin de savoir ce qui en est et quelles sont les opportunités. Tant qu'on ne s'en occupe pas, on ne le sait pas.»
Selon le dernier relevé du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, il existe actuellement 53 terrains contaminés à Shawinigan. Une vingtaine d'entre eux n'ont jamais été réhabilités. Parmi eux, on retrouve évidemment l'aluminerie de Rio Tinto Alcan, qui vient de cesser son exploitation. Mais il y a aussi le site de l'ancien garage municipal sur l'avenue de la Fonderie, l'ancien terrain de la Dupont, la Fonderie de Grand-Mère sur la 7e Avenue, Shawbec, Shawinigan Chemicals...
Le site du MDDEFP permet de connaître la nature des contaminants présents et la qualité des sols résiduels après le processus de réhabilitation, le cas échéant. La Ville veut savoir précisément le potentiel de développement de ces propriétés.
Le conseil municipal décide aussi d'agir parce qu'en 2015, le gouvernement du Québec désirera obtenir le passif environnemental de toutes les municipalités, qui devront ajouter cette information à leurs états financiers.