Marie-Louise Tardif s’attend à ce que Shawinigan touche sa part du gâteau dans le dossier de décontamination de terrains.

Tardif déçue de l'absence de Shawinigan du budget pour la réhabilitation de terrains

Shawinigan — La députée de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, avoue qu’elle s’attendait à voir apparaître Shawinigan dans la liste des villes qui obtiendront des sommes d’argent pour la décontamination de terrains, lors de la présentation du budget provincial, le 21 mars. Elle travaille toutefois à ce que ce ne soit que partie remise.

Rappelons que le ministre des Finances, Éric Girard, a annoncé 320 millions $ pour la décontamination de terrains et la construction d’infrastructures publiques dans le cadre de son discours sur le budget 2019-2020. Sur cette enveloppe, un montant de 70 millions $ est réservé pour Gatineau, Laval, Longueuil, Lévis, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay. Le maire de Shawinigan s’est étonné de ne pas recevoir davantage de considération jusqu’à maintenant, alors qu’à l’hôtel de ville, on estime à plus de 200 millions $ la somme nécessaire pour décontaminer les terrains hypothéqués par leur passé industriel.

La députée de Laviolette - Saint-Maurice comprend cette déception. Même qu’elle la partage. «Sincèrement, quand j’ai vu les villes qui étaient nommées, je me suis demandée s’il y avait une erreur. Il en avait oublié une!»

Mme Tardif assure que le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques saisit très bien les préoccupations exprimées par le conseil municipal de Shawinigan, lui qui a adopté une résolution pour réclamer un statut particulier pour réhabiliter ses terrains contaminés.

La députée compte beaucoup sur les 100 millions de dollars laissés en suspens pour d’autres projets pour satisfaire Shawinigan. Les 150 autres millions $ sont réservés pour Montréal et Québec.

«Nous avons espoir de pouvoir débloquer des fonds à partir de ce montant», commente-t-elle. «Je ne peux pas dire si ce serait 10 millions $. Ce sera en fonction des demandes qui seront déposées.»

Promesse électorale

En pleine campagne électorale, en septembre dernier, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, avait annoncé que s’il était élu, un fonds spécial de dix millions $ serait créé pour décontaminer des terrains à Shawinigan... et à Trois-Rivières.

Le gouvernement considère-t-il avoir rempli son engagement en insérant la capitale régionale comme l’une des sept bénéficiaires du fonds de 70 millions $ annoncé dans le budget? Mme Tardif ne croit pas que la part annoncée pour Trois-Rivières inclut aussi Shawinigan.

«On va essayer de garder une bonne entente en région», suggère-t-elle. «Il reste de l’argent et les ministères sont au fait du problème.»

Bien que la résolution du conseil municipal ne précise aucun montant réclamé, le maire véhicule la somme de 10 millions $ comme objectif pour ce fonds dédié. «Quand on regarde l’ensemble des villes qui ont souffert de la désindustrialisation, on arrive sans doute au premier rang au Québec et même au Canada», martèle-t-il. «Si on donne, grosso modo, 10 millions $ aux sept villes mentionnées dans le budget, je suis sûr que nous avons plus de contamination à Shawinigan que la plupart d’entre elles. Dans ce contexte, 10 millions $ sur les 100 millions $ qui restent, ce serait tout à fait équitable.»

«Nous disons au gouvernement du Québec que ça fait longtemps que nous levons la main», ajoute M. Angers. «Dans son orientation, il veut qu’on décontamine les terrains pour leur accorder une valeur économique ajoutée. Nous avons ce qu’il faut.»

Le maire réitère qu’il n’a toujours pas reçu le moindre indice selon lequel sa ville bénéficierait d’une partie de la fameuse enveloppe ouverte de 100 millions $. Par contre, il souligne les efforts de sa députée pour faire en sorte que Shawinigan ne soit pas oubliée.