Guy Poudrier, consultant et chargé de projet; Lucie DeBons, conseillère responsable des dossiers des aînés; Josette Allard-Gignac, conseillère responsable des questions familiales et son petit-fils, Léo, ont participé au lancement de la première Politique municipale de la famille et des aînés, mardi matin à Shawinigan.

Shawinigan: la famille et les aînés dans la même politique

La nécessité de faire de Shawinigan un milieu de vie agréable pour élever des enfants, combinée à des indices démographiques révélateurs, a incité les élus à créer leur première politique municipale de la famille et des aînés. Elle a été adoptée mardi soir en séance publique.
Il s'agit d'un document costaud d'une soixantaine de pages, qui comprend pas moins de 159 actions à prendre dans six grandes orientations que sont les services accessibles, le milieu de vie sécuritaire, la communication, le partenariat, l'environnement sain, de même que la mise en oeuvre et la promotion de la politique.
Cette grande réflexion mènera notamment à la création du fameux bureau des aînés, un engagement pris par le maire, Michel Angers, lors de la campagne électorale de 2009. En principe, toutes les actions doivent avoir été mises en place en 2016.
Le conseil municipal de Shawinigan avait adopté une première politique familiale en 2007. Plusieurs actions ont été mises en place depuis ce temps, notamment des tarifs spéciaux pour les familles à certaines activités culturelles et de loisirs et un programme d'accès à la propriété.
Pour sa révision, les élus ont décidé de profiter de la démarche Municipalité amie des aînés pour intégrer une nouvelle clientèle à la politique. Le profil démographique de Shawinigan, où l'âge médian de 50,8 ans est le plus élevé de la région après celui de la MRC de Mékinac, a influencé la réflexion.
Les mêmes besoins reviennent parfois chez ces deux groupes, mais pour des raisons différentes. Par exemple, l'entretien des trottoirs et l'accès plus facile au transport en commun ont été identifiés comme des priorités pendant les consultations. Les parents déplacent leurs bébés en poussette, tandis que les aînés utilisent souvent des paniers sur roulettes pour se rendre à l'épicerie.
À Shawinigan, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus passera de 12 222 en 2011 à une projection de 19 433 en 2031, un bond de 59 % en vingt ans. Pendant la même période, l'Institut de la statistique du Québec prévoit une chute marquée des populations de 0-19 ans et de 20-64 ans.
«Ça change les paradigmes», convient Guy Poudrier, consultant et chargé de projet pour l'élaboration de cette nouvelle politique. «Dans les directions, on doit penser à notre population et adapter les services en fonction du vieillissement de cette population.»
Nombreux objectifs
Dans sa démarche, le comité de pilotage s'est notamment basé sur un sondage réalisé lors des cliniques de vaccination du Centre de santé et de services sociaux de l'Énergie en novembre 2012, durant lesquelles 1696 aînés ont été interpellés. Il en est notamment ressorti l'importance du rôle des grands-parents dans la vie familiale.
Le bureau des aînés deviendra un lien direct pour cette clientèle avec l'hôtel de ville, qui peut paraître un peu rébarbatif pour une personne du troisième âge qui cherche à obtenir une réponse simple à un problème. Le service devrait être offert en 2014.
Pour le reste, les actions à prendre se situent dans plusieurs domaines d'intervention. Par exemple, en loisirs, sports et vie communautaire, la politique incitera la Ville à créer ou rénover au moins trois aires de jeux à proximité des quartiers résidentiels à chaque année. En communications, le service veillera à augmenter la taille des caractères dans les articles qui concernent les aînés dans le bulletin municipal.
Formé de représentants de la Ville, du Centre de santé et de services sociaux de l'Énergie, de la Table des aînés et de la Corporation de développement communautaire, le comité de pilotage assurera le suivi du plan d'action de la politique municipale de la famille et des aînés.