Le maire de Shawinigan, Michel Angers, pendant la vidéoconférence de lundi midi en compagnie du maire de Nevers, Denis Thuriot. Il est accompagné de quelques membres de la délégation locale qui s’envoleront vers la France pour le premier Sommet international de l’innovation en villes médianes, soit Maude Labrosse (directrice adjointe au DigiHub), Luc Arvisais (directeur du Service de développement économique de la Ville de Shawinigan) et Jacinthe Campagna (conseillère du district de la Cité).

Shawinigan hôtesse en 2019

SHAWINIGAN — En plus de participer activement à la première édition du Sommet international de l’innovation en villes médianes cette semaine à Nevers en France, Shawinigan accueillera cet événement l’an prochain. Le maire, Michel Angers et son homologue français, Denis Thuriot, ont confirmé cette information lors d’une vidéoconférence, lundi midi à l’hôtel de ville.

Le Sommet international de l’innovation en villes médianes se déroulera du 8 au 10 novembre. Une cinquantaine de villes intermédiaires provenant de 11 pays seront représentées lors de cet événement, qui vise à favoriser l’émergence de solutions innovantes dans l’univers du numérique pour redynamiser ces territoires.

Le maire de Shawinigan participera à la conférence d’ouverture, intitulée «Co-innover entre villes médianes, vers la première place de marché des villes médianes?». Il sera alors accompagné d’Isabelle Kerkhof (vice-présidente de la communauté urbaine de Dunkerque), Sylvie Parent (mairesse de Longueuil), François Élie (adjoint au maire d’Angoulême) et Muriel Touaty (directrice générale du Technion France).

Les maires de Shawinigan et de Nevers s’étaient rencontrés lors d’une foire commerciale à Las Vegas, en janvier. Dès le mois suivant, un partenariat entre les deux villes a été créé, menant à l’organisation de l’événement de cette semaine. Les deux élus se rejoignent sur l’importance de se démarquer des grands centres urbains pour favoriser le développement de leur économie numérique.

Les conférences se dérouleront principalement vendredi. Maude Labrosse, directrice adjointe du DigiHub, se joindra à la délégation pour parler de l’éclosion de la station du numérique à Shawinigan. Avec trois autres conférenciers, elle discutera des dispositifs pour favoriser le développement des villes médianes.

«Nous verrons comment nous avons réussi à mettre en place le DigiHub, les facteurs de succès pour redynamiser une économie locale», avance-t-elle. «Comment, aussi, cette expertise nous a amenés à développer le réseau national des pôles régionaux d’innovation, qui sert de modèle à travers tout le Québec.»

Si Nevers recevra ce premier sommet, Shawinigan est déjà assurée d’organiser la deuxième édition, probablement à l’automne 2019.

«Nous avons décidé d’être la première ville canadienne à recevoir ce sommet de l’innovation», indique M. Angers. «Nous avons comme objectif de favoriser l’alternance entre les deux continents. L’Union des municipalités du Québec est très désireuse d’embarquer dans l’aventure de l’année prochaine.» D’ailleurs, Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines, accompagnera la délégation de cette année, en tant que président du caucus des cités régionales, qui regroupe 27 membres.

«Nous initions un réseau international des villes médianes», résume M. Thuriot. «Il existe déjà des choses pour les métropoles dans le monde, mais ça n’existait pas pour les villes de notre taille. Je pense que ce qui se passe est tout à fait original et innovant. Ça va permettre d’accentuer les passerelles entre nos écosystèmes numériques et industriels.»

«Nos territoires ont compris la nécessité de changer nos patrons de réflexion», ajoute Alain Bourcier, vice-président de l’agglomération de Nevers, qui participait aussi à cette vidéoconférence. «Le XXe siècle fut celui de l’industrie et nous avons compris que le numérique devait prendre le relais. C’est le point commun de nos deux ADN. L’histoire du XXIe siècle démontre aussi que la dimension des territoires n’est pas un facteur. Aujourd’hui, Shawinigan et Nevers peuvent très bien être les compétiteurs avec les grandes villes internationales. Nous avons d’ailleurs des partenariats avec Tokyo! Des territoires médians émergent et sont porteurs d’une économie nouvelle.»

Bonne délégation

Outre M. Angers et Mme Labrosse, la délégation locale comprendra également Jacinthe Campagna (conseillère du district de la Cité), Luc Arvisais (directeur du Service de développement économique et président du Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan) et François St-Onge (directeur des communications à la Ville et président de la Communauté entrepreneuriale). Le maire explique qu’en plus de participer à l’événement, les représentants shawiniganais prendront des notes pour l’organisation du deuxième sommet.

«Nous avons des budgets qui proviennent du gouvernement du Québec pour ces missions», précise M. Angers. «Il n’y a pas un seul sou des taxes municipales qui est pris pour ce genre d’activité.»

«C’est en allant à l’extérieur qu’on ouvre nos horizons, qu’on observe les meilleures pratiques. Dans le monde du numérique, ça va vite et ceux qui font du surplace reculent.»

La délégation shawiniganaise sera accompagnée de deux représentants de l’entreprise IS Data Solutions, qui se spécialise dans l’implantation de plateformes d’interopérabilité. La Ville sert d’ailleurs de banc d’essai pour le développement de tableaux de bord pour les villes intelligentes.

«Nous échangerons sur un modèle de collaboration avec la Ville et l’agglomération de Nevers», indique Claude Bourassa, vice-président de l’entreprise. Une entente devrait être annoncée jeudi.