Le maire de Shawinigan, Michel Angers.
Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Shawinigan enfile les mesures

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — La Ville de Shawinigan continue à suivre le rythme des mesures de distanciation sociale annoncées quotidiennement par le gouvernement du Québec pour combattre la propagation de la COVID-19. Mardi, elle a confirmé la fermeture de toutes les installations extérieures de loisirs et de sports.

Pour le moment, dans l’entre-deux saisons, plusieurs de ces plateaux ne pouvaient être accessibles de toute façon. Mais le maire, Michel Angers, assure que la directive demeurera en vigueur tant que la Santé publique du Québec maintiendra cette recommandation.

«On commence à avoir de la transmission communautaire chez nous, de sorte que nous serons extrêmement prudents avec l’ouverture de nos parcs», prévient-il.

Les fermetures annoncées mardi pour une période indéterminée touchent non seulement les surfaces de dekhockey, mais aussi les terrains de tennis, de basket, les skateparks, les modules de jeux et les parcs canins, entre autres.

M. Angers mentionne que pour le moment, le conseil municipal n’a pas senti le besoin de formuler une demande particulière à la Sûreté du Québec pour faire respecter ces consignes. Il rappelle que les policiers sont déjà tenus d’appliquer le décret du gouvernement du Québec, qui prohibe les rassemblements. Certaines interventions de sensibilisation ont été nécessaires au cours des derniers jours, mais tout s’est fait dans l’ordre, selon le maire.

«Je suis toujours confiné chez moi, mais selon ce que j’entends, les routes sont dégagées et il n’y a pas beaucoup de monde avec la fermeture des commerces», partage-t-il. «Les gens semblent assez compréhensifs.»

M. Angers reconnaît avoir été surpris par l’annonce de fermeture des entreprises dont la mission n’était pas jugée essentielle dans le contexte actuel. Or, jeudi dernier, la Ville annonçait des mesures financières pour aider les PME à patienter en attendant l’aide des paliers supérieurs.

«Notre Service de développement économique se penche sur cette question», reconnaît le maire. «La situation évolue à tous les jours!»

Reports

Par ailleurs, en assemblée publique extraordinaire en fin d’après-midi lundi à huis clos, les élus ont convenu de suspendre les pénalités de retard des comptes de taxes, dont le premier versement était prévu le 7 février. Par ailleurs, la Ville n’imposera aucun intérêt sur les montants en souffrance pour le deuxième versement, le 7 mai.

Ces mesures s’appliquent au moins jusqu’au 31 mai. À ce moment, l’administration municipale réévaluera la situation.

M. Angers ne cache pas que cette mesure peut mettre une certaine pression sur les coffres de la municipalité, mais il s’agit évidemment d’un geste de solidarité à l’endroit des citoyens qui éprouvent des difficultés financières.

Par contre, le maire souhaite que les ménages qui sont peu ou pas touchés par le contexte actuel honorent le paiement de leurs taxes selon le calendrier établi.

«C’est très important de dire que si vous êtes capable, ne retardez pas votre paiement pour rien», lance-t-il. «Nous adoptons cette mesure pour ceux qui sont dans le besoin. Pour ceux qui continuent à avoir leur salaire, payez votre compte de taxes!»

M. Angers souhaite aussi que les propriétaires de locaux commerciaux refileront cette flexibilité à leurs locataires, en acceptant, par exemple, une certaine période de grâce pour la perception du loyer, surtout dans le contexte où la majorité des commerces doivent fermer leurs portes temporairement.

Enfin, la Ville de Shawinigan a également confirmé, mardi après-midi, l’interruption de certains services de collecte des encombrants. Elle recommande notamment aux citoyens d’entreposer ces articles à la maison et de ne surtout pas introduire des matériaux de construction dans les bacs de déchets ou de recyclage.

Rappelons que la Régie de gestion de matières résiduelles de la Mauricie a déjà annoncé la fermeture de ses six écocentres, dont celui de Shawinigan, à compter de mercredi.