Michel Matteau, président de l'OTFC de Shawinigan, s'encourage du travail abattu au cours des dernières semaines.

OTFC: un président en mode solution

Même si des membres influents hésitent ou refusent de renouveler une partie de leur cotisation à l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan parce qu'ils ne peuvent identifier des avantages tangibles à en faire partie, le président de l'organisme, Michel Matteau, s'encourage du travail abattu au cours des dernières semaines. Deux nouvelles ressources ont été embauchées, le site Web deviendra enfin accessible sous peu et les mécontents seront rencontrés.
Le conseil d'administration s'est réuni le 26 février et M. Matteau préfère garder un ton positif plutôt que ruminer la controverse des dernières semaines. Bien sûr, il n'est pas resté insensible à la sortie des représentants de l'Auberge Gouverneur, du Parc de l'Île-Melville, de l'Auberge Escapade, de Chez Marineau Hôtel des 10 et de la Cité de l'énergie, qui remettent en doute l'utilité de l'OTFC ou sa gestion.
Même en mission humanitaire en République dominicaine, le président s'est tenu informé et il assure que ceux qui émettent ces réserves seront rencontrés.
«J'ai traité ça à partir de là-bas», commente-t-il. «Je ne pouvais pas partir six semaines avec le mandat que j'avais accepté sans être en communication. Avec Skype, je faisais des réunions de gestion avec Valérie (Lalbin, la directrice générale) et son équipe.»
«Nous avons un rôle à jouer envers nos membres», ajoute-t-il. «J'ai demandé à Valérie de faire le nécessaire. Si des membres sont malheureux, il faut aller les voir et jaser avec eux. Ça fait partie de notre devoir de gestion. Ce n'est pas la question de convaincre du monde, mais de ne pas laisser tomber les gens. Nous allons les accompagner et après, on va respecter leur décision.»
M. Matteau ne veut pas étaler ses états d'âme sur la place publique au sujet des critiques véhiculées sur son organisme.
«On essaie de mettre quelque chose sur pied et on essaie de faire le mieux possible», se défend-il. «Je n'ai pas de message à envoyer. Je pense que ça va bien, nous avons eu un bon conseil d'administration mercredi. On continue, on suit notre plan de match. Je suis obligé de vous dire que ça va bien! Je suis allé là pour diriger un groupe efficace et compétent et c'est ce que je fais.»
L'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan a été immatriculé au registraire des entreprises le 13 janvier 2012. Deux ans plus tard, l'organisme ne possède toujours pas de site Web, un outil de travail de base dans l'industrie touristique.
«Tout avance, on atteint nos cibles sur tout», assure M. Matteau. Même réponse en ce qui concerne la suite du Bureau d'accueil touristique du secteur Grand-Mère, qui ne rouvrira pas ses portes dans sa forme actuelle. Un comité travaille toujours sur la forme que prendra ce nouveau lieu d'information.
Changements
Par ailleurs, l'OTFC vient de procéder à l'embauche de deux nouvelles ressources. Monique Lamothe a été engagée pour combler le trou béant laissé par le départ de Sylvia Bouchard à titre de déléguée commerciale, tourisme d'affaires et événements. Au cours de sa carrière, Mme Lamothe a accumulé plus de 25 ans d'expérience en hôtellerie et en tourisme à Montréal et dans les Laurentides.
Par ailleurs, Marie Malherbe prend la relève de Julie Daoust au poste de conseillère, accueil et partenariat. Cette Belge d'origine a notamment réalisé des mandats pour l'Association touristique régionaleCôte-Nord-Duplessis. Avec ces deux nouvelles employées, l'OTFC possède maintenant une équipe complète, qui compte six femmes.
Le conseil municipal de Shawinigan devra également nommer les administrateurs qui remplaceront Marie-Louise Tardif et Sonia Tremblay,qui avaient remis leur démission de l'OTFC à la fin décembreet au début janvier respectivement.
En attendant, les élus ont désigné la conseillère du district de la Rivière, Nancy Déziel, à titre de secrétaire-trésorière sur le conseil d'administration, hier soir en séance publique.