Le directeur général de Shawinigan, Gaétan Béchard.

Nouveaux comités à Shawinigan: «On se donne une nouvelle orientation»

Shawinigan — Après avoir présenté ses nouveaux comités le mois dernier, le conseil municipal de Shawinigan a adopté une longue résolution, mardi soir, pour expliquer le fonctionnement de ces nouvelles entités. Une démarche inhabituelle qui donne un autre indice de la petite révolution qui touche ces outils de développement.

«On se donne une nouvelle orientation et on souhaite que ce soit écrit et présenté publiquement», explique le maire, Michel Angers. «Nous disons comment le conseil va fonctionner.»

Ainsi, la résolution précise que le directeur général, Gaétan Béchard ou le directeur général adjoint, Me Yves Vincent, sera membre d’office de chaque comité ou commission. Chaque directeur à l’hôtel de ville est également membre d’un groupe de travail quand son mandat est associé aux compétences du service qu’il dirige. Un employé municipal peut également être désigné à titre de personne ressource.

La résolution décrit les rôles qui doivent être remplis par le président de chaque comité ou commission, à savoir de fixer les dates et les heures des rencontres autres que celles déterminées de façon statutaire, de préparer l’ordre du jour, d’animer les rencontres, d’assurer la concordance des travaux du comité avec les mandats donnés par le conseil, de présenter les résultats d’analyses ou d’avis aux élus en ajoutant des recommandations jugées pertinentes et de désigner un secrétaire.

Ce dernier doit convoquer les rencontres par courriel, sur une base bimestrielle.

Par ailleurs, il est prévu que «tout membre d’un comité ou d’une commission qui ne se trouve pas sur les lieux d’une rencontre puisse y participer par l’intermédiaire d’un moyen électronique de communication et qu’il soit réputé y assister».

Ces comités siègent à huis clos. Les résultats d’analyses, avis et recommandations qui découlent de ces rencontres doivent être transmis au greffier dans un délai de dix jours. Le conseil municipal peut déterminer tout mandat à chaque comité ou commission, mais le résultat des analyses, avis et recommandations des délibérations ne lie pas les élus.

«On fait un maillage entre la direction et les élus», analyse le maire. «Nous avons systématisé le fonctionnement. Ça va prendre un plus grand engagement des élus dans le fonctionnement de ces comités.»

«Nous travaillons dans un processus d’amélioration continue où nous souhaitons une plus grande implication de l’ensemble du personnel», ajoute M. Angers. «On pense que l’expertise des directeurs sera profitable à l’orientation et à la direction de chaque comité.»

Le maire considère que par le passé, les élus agissaient davantage en «spectateurs» sur ces commissions.

«On ne traitait pas des mandats, des orientations, des grandes stratégies. Là, on va se pencher là-dessus. Par exemple, en ressources humaines, on peut se contenter de dire qu’on a embauché une personne ou appliqué une mesure disciplinaire et c’est réglé. Dorénavant, on pourra se demander quel est notre processus de dotation, comment on l’améliore, comment on travaille en amont sur d’éventuelles négociations de conventions collectives. C’est un exemple pour aider le service à faire son travail en fonction des orientations qu’on dessine. Ce sera comme ça partout. Je souhaitais qu’on s’élève un peu.»