Négociation avortée chez Continental Asphalte

Coup de théâtre à Shawinigan. Malgré l'entente de principe pour le renouvellement de la convention collective déposée le 19 août dernier, Continental Asphalte fait volte-face et refuse de parapher le bas du document.
«C'est un non-sens, il en va de la crédibilité des porte-parole et des organisations qu'ils représentent», déclare Alain Lampron, président de la Fédération de l'industrie manufacturière.
Malgré de nombreuses rencontres tenues en présence d'un conciliateur nommé par la Commission des relations de travail, et nonobstant la volonté des travailleurs d'entériner la dernière proposition déposée sur la table de négociation, Continental Asphalte fait marche arrière et refuse de signer, en invoquant une divergence d'interprétation au sujet d'une clause de la convention collective.
«Ce n'est pas vrai qu'on va laisser l'employeur jouer au yo-yo», lance le président du Syndicat des travailleurs de Continental Asphalte, associé à la CSN, Guy Lemay.
«Il y a eu entente de principe à la table de négociation et les travailleurs ont accepté cette entente à 91 %. Nous avons tenu nos engagements, l'employeur doit faire de même!»