Les hommes de Martin Bernard n'ont toujours pas digéré l'humiliante défaite de 7-0 subie lors du match du 31 décembre face aux Voltigeurs à Drummondville.

Les Voltigeurs attendus de pied ferme à Shawinigan

Les Voltigeurs de Drummondville devront batailler ferme vendredi soir au Centre Gervais Auto s'ils veulent s'extirper de leur vilaine séquence de huit revers d'affilée. Les Cataractes n'ont toujours pas digéré l'humiliante défaite de 7-0 subie lors du match du 31 décembre au Centre Marcel-Dionne, et les murs du vestiaire ont été tapissés en conséquence cette semaine!
«C'est sûr qu'on s'en souvient», tranche Martin Bernard, qui s'attend donc à voir ses hommes offrir une prestation inspirée vendredi soir même s'ils affrontent une équipe soudainement menacée de rater les séries. «Il ne faut jamais prendre à la légère une équipe qui travaille extrêmement fort. Si on commet cette erreur-là, le scénario du 31 décembre pourrait se répéter», prévient-il.
Mais Bernard n'est pas inquiet. Il vient de voir sa troupe réussir le rare exploit d'un balayage dans les Maritimes, une récolte de six points qui tombe pile dans cette lutte palpitante au classement général pour l'obtention de l'avantage de la glace en première ronde des séries. «On en parlait entre entraîneurs, ça n'arrive pas trop souvent, trois victoires de suite dans les Maritimes. Moi, j'avais vu ça une fois, alors que j'étais adjoint à Victoriaville. C'était l'année... où nous avions participé au tournoi de la Coupe Memorial!», sourit Bernard. «On a battu des équipes qui sont près de nous au classement. Avec de bonnes performances. C'est bon pour la confiance.»
Les Cataractes ont aussi profité de ce long périple pour mettre la table en vue des séries. «J'ai rencontré individuellement chacun des gars, pour leur expliquer leur rôle d'ici la fin de la saison puis en séries. Nous sommes en mode préparation, on se doit d'agir en conséquence», lance Bernard, qui va à nouveau confier le filet à Marvin Cüpper vendredi soir.
Taylor sur patins
Blessé au bas du corps cet automne, Zach Taylor est enfin de retour à Shawinigan après une longue convalescence chez lui. Le vétéran de 19 ans patine pour l'instant en solitaire, et il ne faut pas s'attendre à un retour au jeu rapide. «Il a eu de bonnes, et de moins bonnes journées cette semaine. Il a du chemin à faire, il ne pouvait pas s'entraîner chez lui. Le docteur lui a donné le feu vert, mais la douleur est encore là. C'est donc difficile de prévoir à ce moment-ci quand il sera prêt à reprendre sa place dans l'alignement», conclut Bernard, qui devra par ailleurs se passer des services d'Alexandre Coulombe ce week-end.