Yves-François Blanchet et Nancy Déziel uniront leur destinée cet été et c'est le maire de Shawinigan, Michel Angers, qui célébrera le mariage des deux politiciens.

Le ministre Blanchet sera marié par le maire de Shawinigan

S'il dégaine aussi rapidement en politique qu'en amour, le ministre Yves-François Blanchet n'a pas fini de multiplier les annonces.
Le début de la relation avec celle qui a embrasé son coeur ne remonte qu'au printemps dernier, une période de temps suffisante pour convaincre le député de Johnson de procéder à la grande demande. Nancy Déziel, représentante du district de la Rivière au conseil municipal de Shawinigan, a dit oui.
Pour la cérémonie civile, prévue à la fin de l'été, le couple a décidé d'ajouter un autre ingrédient issu de la grande famille politique. Le maire de Shawinigan a accepté d'agir comme célébrant.
«Ce sont des amis», mentionne Michel Angers, visiblement touché qu'on ait pensé à lui. Il ne compte plus le nombre de mariages qu'il a célébrés depuis son élection en 2009, comme le permet le Code civil du Québec depuis une douzaine d'années.
«Michel a vu naître notre histoire d'amour», explique Mme Déziel. «Il était là à des moments marquants, comme lors de notre rencontre au Gala Distinction (en novembre 2012).»
Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs a pris une grande respiration en vacances dans les Caraïbes, au début janvier. Il avait déjà soufflé un mot de ses intentions à sa tendre moitié, qui ne soupçonnait toutefois pas que la grande demande arriverait aussi rapidement.
«Il a très bien fait ça», rougit Mme Déziel. «Nous étions en croisière. Il m'est arrivé avec une bague et il m'a demandée en mariage!»
Le fougueux chevalier souhaitait même unir sa destinée dès le printemps, mais sa flamme a tempéré un peu ses ardeurs. Pour le moment, la date du 31 août semble la plus probable.
«Le printemps va peut-être être bien occupé; toutes sortes de choses peuvent arriver dans la vie politique!», rigole-t-elle. Directrice générale du Centre national en électrochimie et en technologies environnementales, Mme Déziel ajoute que les prochaines semaines seront aussi très chargées pour elle, de sorte que l'organisation précipitée d'un mariage se plaçait plutôt mal dans ces agendas déjà fort bien garnis.
Très à l'aise de confirmer cette rumeur qui se propageait dans la région, la conseillère municipale assure néanmoins qu'il ne faudra pas s'attendre à une cérémonie princière.
«Nous n'allons pas faire un show», prévient-elle. «Je n'arriverai pas assise sur le dossier d'une décapotable! C'est une preuve d'amour et nous aimerions que ça reste intime. Il n'y aura que la famille immédiate et quelques amis.»