Insectes piqueurs: un citoyen de Saint-Mathieu-du-Parc veut le rapport

Le contrôle des insectes piqueurs par l'épandage d'un produit biologique ne fait visiblement pas partie des priorités du nouveau conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc, ce qui ne signifie pas que des citoyens cessent de s'intéresser à ce débat.
À la dernière séance du conseil municipal, Émile Simard a demandé au maire s'il pouvait mettre la main sur le rapport de cette expérience vécue à Shawinigan en 2013.
«Ici, nous avons eu la sagesse de ne pas embarquer là-dedans», se réjouit le citoyen. «Je suis toujours inquiet quand on contamine l'environnement.»
M. Simard a effectué une demande d'accès à l'information à Shawinigan pour mettre la main sur le rapport qui présente le bilan du contrôle des insectes piqueurs en 2013. Il s'agissait de la première année où cette expérience s'étendait sur tout le territoire.
Dans la présentation de son dernier budget, le maire, Michel Angers, a confirmé que les résultats étaient généralement bien accueillis par la population. Un appel d'offres sera publié afin d'étendre à nouveau le service à l'ensemble de Shawinigan en 2014.
À Saint-Mathieu-du-Parc, ces orientations sont suivies de près parce que cette municipalité est contiguë au secteur Saint-Gérard-des-Laurentides. Inévitablement, l'épandage effectué à cet endroit touche certains résidents du village voisin.
L'administration municipale doit d'ailleurs accorder son autorisation pour recevoir une partie de ce traitement sur son territoire.
La démarche d'accès à l'information de M. Simard a échoué, étant donné que le rapport recherché est considéré comme un document de travail, qui n'a d'ailleurs jamais été adopté en séance publique du conseil municipal. «Ça m'inquiète», laisse tomber le citoyen.
Claude McManus, maire de Saint-Mathieu-du-Parc, rappelle que des experts étaient venus affirmer, lors d'une séance d'information, que le produit utilisé pour le contrôle des insectes piqueurs ne représentait aucun danger pour l'environnement ou la santé publique.
Difficile, dans ces conditions, de ne pas permettre à Shawinigan un épandage dans le secteur Saint-Gérard-des-Laurentides qui touche son village, fait-il remarquer.
La directrice générale, Valérie Bergeron, ajoute que la Municipalité ne dispose d'aucun règlement qui interdise cette forme de traitement.
Devant ces questions, M. McManus effectuera des démarches auprès de la Ville de Shawinigan pour savoir s'il peut mettre la main sur le fameux rapport d'activités de contrôle des insectes piqueurs en 2013.
Le conseil municipal étudiera aussi la pertinence d'adopter un nouveau règlement pour interdire cet épandage sur son territoire.