Fondation de l’Association des proches aidants de l’Énergie

Shawinigan — Les nombreux proches aidants de Shawinigan peuvent maintenant compter sur un tout nouvel organisme pour les aider. Créée dernièrement, l’Association des proches aidants de l’Énergie offrira des services aux personnes qui s’occupent d’un parent malade et chapeautera l’établissement de la Maison Gilles-Carle.

Réunies en assemblée générale le 6 novembre dernier, une soixantaine de personnes ont décidé de créer officiellement l’OBNL. Ce projet a été initié en novembre 2018, alors que des comités de travail avaient été créés pour mener à bien le projet.

«L’Association des proches aidants de l’Énergie offrira plusieurs services dont un service de répit de jour, du répit d’hébergement et tout le volet d’actions en prévention et promotion, groupe d’entraide et soutien individuel et collectif», explique dans un communiqué de presse Réjean Veillette, organisateur communautaire au CIUSSS MCQ, qui soutient la démarche.

Cette nouvelle association travaille actuellement à la création de la Maison Gilles-Carle de Shawinigan. Cette maison, qui doit normalement ouvrir ses portes en 2020, sera située sur la 10e Avenue, dans le secteur de Grand-Mère. Il s’agit d’une résidence offerte par l’ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien.

Nous savons de plus que la Maison Gilles-Carle de Shawinigan doit offrir huit chambres à des personnes souffrant de maladies dégénératives, telles que l’Alzheimer, la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson.

Lors de la création de l’association, un premier conseil d’administration a été élu. Il est composé de Diane Lemay à la présidence, d’Annie Bordeleau à la vice-présidence et de Pierre Sawyer à la trésorerie. Denise Isabelle agira de son côté comme secrétaire du conseil d’administration alors que Lise Filteau y siégera comme administratrice.

«La mission de l’Association des proches aidants de l’Énergie est de prévenir et soulager l’épuisement des proches aidants en offrant du répit de jour et de l’hébergement, de l’accompagnement, des services, de la relation d’aide et de la formation en lien avec leur rôle», conclut Réjean Veillette.