Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Foire en ville menacée: une autre conséquence de l'austérité, selon Angers

La décision du gouvernement provincial de retrancher 300 millions de dollars en transferts aux municipalité se reflète jusque dans les budgets des associations de gens d'affaires, fait remarquer le maire de Shawinigan, Michel Angers.
L'administration municipale n'avait pas spécifié cette coupe drastique lors de la présentation de son budget, en décembre. À ce moment, outre certaines mesures spécifiques, le maire avait mentionné que les organisations d'événements verraient leur subvention gelée.
Les responsables des trois regroupements de commerçants du territoire ont toutefois reçu la confirmation, au cours des dernières semaines, qu'ils devront assurément se passer de leur subvention de 15 000 $ en 2015.
«Ce montant venait de la table commerce du centre local de développement», précise M. Angers. «Ça faisait partie des coupes globales.»
Il ne pourrait s'agir que d'une mesure transitoire d'un an, si le nouveau pacte fiscal rend les quelque 300 millions de dollars soutirés aux municipalités à l'automne, dont 1,2 million $ à Shawinigan.
«Si le gouvernement nous redonne notre argent dans le nouveau pacte fiscal et que nous avons les moyens, je crois toujours en nos associations de gens d'affaires», assure le maire. «Mais dans le contexte actuel, pour tout ce qui touche au CLD, le manque à gagner est astronomique.»
M. Angers se désole d'apprendre que la Foire en ville risque d'être compromise.
«Je suis tout à fait conscient que notre décision peut avoir un impact sur certains événements, mais nous en vivons aussi un au CLD!», rappelle-t-il. «Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'on a fait ça.»
«Je ne me gêne pas de dire que tout est relié directement au manque à gagner de 1,2 million $», insiste-t-il. «C'était ça ou on augmentait davantage les taxes. C'est simple!»