Déversements d’eaux usées: 9500 logements touchés à Shawinigan

SHAWINIGAN — Après le déversement d’urgence réalisé dans la rivière Shawinigan le 2 août dernier, la Ville récidive avec une opération planifiée. Une réparation permanente sera effectuée sur la même conduite problématique à la station de pompage Drew, entraînant le rejet de plus de 75 000 mètres cubes d’eaux usées sur cinq jours. Cette fois, les rivières Shawinigan et Saint-Maurice seront mises à contribution.

Quatre conseillers municipaux et autant de fonctionnaires ont participé à une conférence d’information pour expliquer les détails de cette opération, mardi matin à l’hôtel de ville. Ils sollicitent la collaboration des personnes qui sont comprises dans le périmètre ciblé afin qu’elles réduisent, autant que possible, leur consommation d’eau durant cette période.

Les manœuvres se dérouleront en deux temps. Tout d’abord, le 15 novembre à compter de 7 h 30, l’arrêt des pompes de la station Drew permettra d’amorcer les travaux d’excavation. L’alimentation électrique sera rétablie la journée même.

Puis, du 19 novembre à 7 h 30 jusqu’au 22 novembre en soirée, l’entrepreneur André Bouvet Ltée effectuera les travaux sur la conduite défectueuse. L’interruption de pompage sera alors continue sur ces quatre jours, sauf pour une courte période dans la nuit du 19 au 20 novembre. La Ville estime ces travaux à environ 100 000 $.

Les résidents de 9519 logements des secteurs Shawinigan et de la partie sud de Saint-Gérard-des-Laurentides sont invités à réduire leurs rejets d’eaux usées pendant ces cinq journées. La Ville leur suggère notamment de reporter à plus tard des tâches comme la lessive et surtout, éviter de jeter des déchets de table ou divers objets dans le réseau d’égout sanitaire.

Réparation permanente

Une fissure de cette conduite de la station Drew avait été détectée une première fois au début août, provoquant alors un déversement d’urgence d’environ 20 000 m3 dans la rivière Shawinigan. Pour la réparation permanente, la Ville a pu planifier ses opérations. Ainsi, au cours de ces cinq jours, les eaux usées seront rejetées à quatre points de surverse de la rivière Shawinigan et à cinq autres du Saint-Maurice. «Il est préférable que le déversement soit réparti à plusieurs endroits plutôt que le concentrer à un seul point de rejet», explique Martin Asselin, conseiller du district des Boisés et président de la Commission des travaux publics. Sans compter que les débits plus élevés en automne entraîneront également une meilleure dilution des rejets.

La Ville a également choisi cette période en raison de la fin des activités de plein air en eau libre. La température plus froide de l’eau favorise moins le développement des bactéries et des odeurs. Les compilations effectuées au fil des années démontrent aussi que la consommation d’eau potable est traditionnellement plus faible en novembre. «Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on cessera le pompage dans notre réseau d’eau sanitaire», reconnaît Gaétan Béchard, directeur général de la Ville. «Une réparation temporaire avait été faite par le Service des travaux publics, mais de toute évidence, la situation devait être réglée de façon définitive pour ne pas être en réaction s’il survenait un autre bris. Ça aurait alors pu durer beaucoup plus longtemps que les cinq jours prévus de réparation.»

Isolée sur la rue du Vallon, la station de pompage Drew occupe une position stratégique dans le réseau de traitement shawiniganais. Elle pompe, en moyenne, 19 500 mètres cubes d’eau par période de 24 heures. Ce déversement planifié de plus de 75 000 m3 constitue évidemment une mesure exceptionnelle. «C’est draconien», convient Pierre Moreau, responsable de la division des eaux à la Ville. «C’est le point principal de communication. Toute l’eau des secteurs mentionnés circule dans cette conduite. C’est majeur.»

La Ville est convaincue que chaque geste des citoyens peut contribuer à abaisser ce volume. «Si des choses peuvent être faites sans trop déranger la famille, on demande aux gens de le faire», insiste M. Béchard. «Moins il y aura d’eau usée dans le réseau, moins les surverses seront importantes et moins l’impact environnemental sera majeur.»

La cause précise de la fissure détectée en août n’a toujours pas été établie. «Quand nous aurons coupé la conduite, nous pourrons voir son état à l’intérieur pour avoir des pistes afin de savoir exactement ce qui a pu se passer le 2 août», explique Stéphane Lahaie, directeur du Service des travaux publics. 

Il existe 45 stations de pompage sur le territoire de Shawinigan.  «Ce sont des équipements qui sont énormément sollicités», rappelle M. Moreau. «En termes de bris pour ce type de conduite, c’est la première fois qu’on est confronté à cela.»

La direction régionale du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et Environnement Canada ont été avisés de ces manœuvres.

Gaétan Béchard (directeur général de la Ville), Martin Asselin (président de la commission des Travaux publics) et Stéphane Lahaie (directeur des Travaux publics) ont fait le point, mardi matin, sur les conséquences des travaux à la station de pompage Drew.