La vérification du mur de l’ancienne Belgo avait été effectuée en décembre dernier. La même opération devrait être effectuée ce printemps.
La vérification du mur de l’ancienne Belgo avait été effectuée en décembre dernier. La même opération devrait être effectuée ce printemps.

Des vérifications sur le mur de la Belgo au printemps

Shawinigan — Le ministère des Transports s’attend à poursuivre les travaux de vérification du mur de l’ancienne usine Belgo, qui longe la route 153, au printemps.

Roxanne Pellerin, agente aux communications à la direction régionale de ce ministère, précise que cette intervention a été jugée essentielle parce qu’elle touche à la sécurité routière.

«Nous n’avons pas de date», ajoute-t-elle. «Le ministère doit adapter sa méthode de travail pour assurer un environnement sécuritaire, mais ce sera réalisé dès que possible au printemps.»

Le MTQ était intervenu une première fois à la fin de l’automne dernier. Un automobiliste s’était alors plaint à la Ville de Shawinigan après avoir reçu une brique dans le pare-brise de son véhicule dans ce secteur.

En décembre, le MTQ avait passé une dizaine de jours sur les lieux pour inspecter ce mur, brique par brique. Jusqu’à nouvel ordre, cette opération se déroulera deux fois par année, au printemps et à l’automne. Le contexte particulier relié à la COVID-19 ne changera rien à cette situation, souligne Mme Pellerin, en raison de l’enjeu de sécurité publique.

«Ce sera le même type d’intervention qu’en décembre», explique-t-elle. «Avec un marteau, il faudra frapper chaque brique et retirer les débris susceptibles de se détacher du mur. À ce moment, il y aura une circulation en alternance avec signaleurs.»

Mme Pellerin ne peut encore transmettre les observations du ministère à la suite de la première inspection de ce mur.

«Nous avions demandé une évaluation d’un expert externe et il a déposé un rapport préliminaire», avance-t-elle. «Ces recommandations sont actuellement en analyse.»

La démolition de ce fameux mur est attendue depuis plusieurs mois à Shawinigan. Elle devrait normalement se produire en deuxième phase des travaux de disposition des matières résiduelles, qui doivent aussi être complétés par Sanexen ce printemps.

Normalement, l’entreprise doit débarquer sur le terrain en mai, mais tout dépendra du signal que donnera le gouvernement sur la reprise des activités de construction qui ne sont pas jugées prioritaires.

«Le Ministère ne peut s’avancer sur la date du début des travaux qui ne font pas partie des services essentiels», indique Sophie Gauthier, porte-parole régionale au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. «Le tout dépendra de la date de levée des mesures par le gouvernement. La situation sera suivie selon l’évolution des consignes en lien avec la COVID-19.»