En 2013, la Régie de transport en commun de Shawinigan a enregistré 279 548 passages.

Creux historique pour le transport en commun à Shawinigan

Malgré toute la bonne volonté exprimée à chaque année par la Régie de transport en commun de Shawinigan, les résultats ne se reflètent toujours pas dans la fréquentation. En 2013, un plancher historique a été atteint, avec seulement 279 548 passages.
Il s'agit d'une baisse de près de 4 % par rapport à 2012, alors que la situation semblait s'être stabilisée après trois années de forte décroissance. En fait, depuis l'élimination du circuit 4 de Shawinigan-Nord en 2006, la RTCS enregistre 131 681 passages annuels en moins pour le transport régulier, dont 11 527 au cours de la dernière année seulement.
«C'est épeurant», reconnaît Jean-Yves Tremblay, président de l'organisme et conseiller représentant le district des Hêtres. Fait intrigant, le nombre de passages a chuté de 3544 personnes en mai et de 1160 en juin, un mois qui se retrouve avec moins de 20 000 passages pour la première fois. Le président de la RTCS ne parvient pas à expliquer ce brusque recul printanier.
Cette baisse de fréquentation force la Ville à injecter des sommes importantes pour aider la RTCS à équilibrer son budget pour le transport régulier. Bien que ce dernier soit passé de 1,830 million $ en 2013 à 1,817 million $ en 2014, l'aide municipale demeure à 861 450 $ au cours de la même période, somme qui inclut la contribution pour le transport régulier et l'Accès-bus. Pour le transport adapté, il faut ajouter 329 225 $. Pour donner un autre aperçu de la détérioration de la situation, la Ville accordait une subvention de 494 940 $ à la RTCS pour le transport régulier et l'Accès-bus en 2009, de même que 51 349 $ pour le transport adapté. Le budget total s'élevait pourtant à 1,914 million $.
M. Tremblay convient qu'il ne s'attend pas à ce que la Ville accepte d'ajouter des dizaines de milliers de dollars annuellement à sa contribution indéfiniment. Mais d'un autre côté, il demeure convaincu de la nécessité du service à Shawinigan.
«Il va y avoir un deadline à un moment donné», reconnaît-il. «Mais le transport en commun est un service à la communauté et je ne pense pas qu'elle soit prête à le perdre. Si on le maintient, il faut innover et nous avons beaucoup de projets en cours.»
La trentaine d'abribus qui parsèment le territoire seront remplacés cette année. Les usagers pourront dorénavant attendre dans des abris éclairés grâce à un système d'alimentation à l'énergie solaire. Des bancs seront aussi ajoutés.
M. Tremblay mentionne que d'autres initiatives sont étudiées pour améliorer le service, notamment pour faciliter le transport vers le centre-ville. Des discussions ont aussi été amorcées avec Transport urbain de la Mauricie pour voir la pertinence d'ajouter des autobus électriques à la flotte.
Ces nouveautés permettront-elles d'attirer la population dans les autobus? M. Tremblay reconnaît l'ampleur du défi, surtout dans le contexte où les jeunes ne sont guère attirés par ce moyen de transport. Malgré tout, une nouvelle campagne publicitaire est prévue pour la rentrée collégiale, à la fin de l'été. «Les jeunes commencent à se promener en auto dès le secondaire», fait remarquer M. Tremblay. «On ne veut pas arrêter le service, mais comment faire pour qu'ils prennent l'autobus?»
L'étendue du territoire constitue aussi un défi pour la RTCS. En fait, M. Tremblay observe que peu de villes à population comparable avec une aussi grande superficie à couvrir offrent un servicede transport en commun au Québec.
La création du service Accès-bus, en 2006, visait justement à maximiser l'offre tout en réduisant les coûts. Le nombre de personnes qui en ont bénéficié a aussi diminué, passant de 12 736 en 2012 à 11 598 l'an dernier.
L'Accès-bus a-t-il atteint son plein potentiel? Il s'agit d'une troisième année consécutive de baisse de fréquentation, après le sommet de 13 681 utilisateurs observé en 2010. Lors de la création de ce service, qui permet à la personne d'être transportée d'un point donné jusqu'à l'arrêt d'autobus désiré, la RTCS visait de 12 000 à 13 000 usagers par année.
Enfin, notons que le transport adapté a aussi enregistré une baisse en 2013, puisque le nombre de passages a chuté de 28 950 en 2012 à 27 983 l'an dernier.