Treize citoyens ont assisté à la séance du conseil municipal de Shawinigan, mardi soir.
Treize citoyens ont assisté à la séance du conseil municipal de Shawinigan, mardi soir.

Shawinigan: une première séance post-COVID respectueuse

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — C’est sous le signe du respect, autant des règles que des participants, que s’est déroulée, mardi soir, la première séance publique du conseil municipal de Shawinigan depuis le confinement décrété en mars dernier en raison de la pandémie de COVID-19.

Après s’être réunis en visioconférence pendant plusieurs mois, le maire Michel Angers et les conseillers avaient visiblement hâte de se retrouver de nouveau ensemble devant des citoyens lors de ces séances mensuelles.

«On avait assez hâte de voir des gens dans la salle», a spontanément déclaré le maire quelques secondes après s’être assis à sa place habituelle, flanqué des huit conseillers.

Fait à noter, les membres du conseil portaient tous un couvre-visage à leur arrivée dans la salle. Ils l’ont seulement retiré une fois assis.

Tout comme les élus, les citoyens et représentants des médias présents devaient porter des masques lors de leurs déplacements à l’intérieur de l’hôtel de ville et pouvaient le retirer en arrivant à leur place. Question de respecter les règles de distanciation physique toujours en vigueur, seulement 16 citoyens et trois représentants des médias pouvaient assister à la séance. Signe que les choses vont plutôt bien à Shawinigan ou simplement que les gens ont encore la tête aux vacances, seulement 13 citoyens étaient présents.

Fait à noter, une seule personne à la fois peut entrer à l’intérieur de l’hôtel de ville. De plus, chaque visiteur doit signer un formulaire dans lequel il confirme notamment ne pas ressentir de symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19, qu’il n’a pas été en contact avec une personne atteinte et ne pas avoir récemment voyagé à l’extérieur du pays.

Après avoir passé au travers des 32 points à l’ordre du jour passablement rapidement, le maire et les conseillers se sont prêtés volontiers à l’exercice de la période des questions. Et même si elle a duré près de 60 minutes et a permis à une dizaine de citoyens de s’exprimer et de poser des questions sur divers sujets, elle n’a pas été le théâtre de prise de bec ou servi d’exutoire pour les citoyens qui se sont rendus tour à tour au micro pour s’adresser aux élus. Fait à noter, le micro a été désinfecté après chacune des interventions.

Le maire Angers a d’ailleurs confié après la séance qu’il avait tout particulièrement hâte de renouer avec ces citoyens dans le cadre d’un tel exercice. Ayant accepté de répondre aux questions envoyées préalablement par courriel pendant le confinement, façon de faire qui est toujours en vigueur en raison du nombre limité de personnes pouvant assister aux réunions du conseil, il précise qu’il préfère de loin s’adresser directement à ses interlocuteurs.

«J’ai besoin de ça. J’ai besoin que les gens me posent directement leurs questions. C’est pour ça que nous avons décidé de désinfecter le micro après chaque intervention», a-t-il ajouté.

Encore pour un bon moment

Avec la possibilité qu’une deuxième vague frappe le Québec cet automne et qu’il n’existe pas encore de vaccin contre la COVID-19, le maire Angers ne se fait pas d’illusions sur la possibilité que les séances se déroulent de nouveau normalement à court ou à moyen terme.

«J’anticipe des séances comme celle-ci jusqu’aux Fêtes», a-t-il laissé tomber, sur un ton résigné.