Karine Bussière avait mobilisé ses voisins du Domaine du Havre pour qu’ils se présentent à l’assemblée publique du 15 janvier dernier afin d’obtenir des explications sur les hausses du compte de taxes dans son secteur.

Shawinigan: séance d’information ou de défoulement?

Shawinigan — Le maire de Shawinigan, Michel Angers, l’avoue sans gêne: jamais il n’aurait cru que le dépôt du rôle d’évaluation le plus stable depuis qu’il a été élu la première fois, en 2009, aurait créé autant de remous. Voilà pourquoi la Ville a demandé à la firme Servitech d’organiser une soirée d’information pour s’adresser à toute la population, mardi soir à 19 h, au centre de congrès de l’Auberge Gouverneur.

«Ça m’a pris tout à fait par surprise», reconnaît M. Angers. «Les gens mêlent toutes sortes d’affaires. On doit se rendre à l’évidence: ce n’est pas tout le monde qui distingue clairement le rôle d’évaluation et les taxes.»

Mathieu Guimond, directeur régional chez Servitech, animera l’assemblée avec une présentation générale sur la façon de concevoir un rôle et les normes qui encadrent la profession. Il prévoit même illustrer, avec un exemple concret, comment l’évaluateur détermine la valeur d’une propriété.

La présentation devrait durer environ une heure et elle sera suivie d’une période de questions. C’est là que la sauce pourrait se gâter un peu.

«Ce ne sera pas une séance de demandes de révision», répète M. Guimond. «Il n’y aura pas de cas particuliers traités sur place. Ce n’est pas le but de la présentation.»

«Si les gens veulent savoir comment fonctionne le système, comment les valeurs sont établies, ça devrait les satisfaire», avance-t-il. «Mais si les gens n’ont d’attentes que pour leur propre cas, sans comprendre le système au complet, je pense qu’ils savent déjà qu’ils doivent nous appeler! Ce qu’on entend, c’est que les gens se demandent comment on travaille. Ils vont le savoir à la séance.»

Transparence

Lorsque Michel Angers a été élu en 2009, il a dû affronter de forts vents de face quelques semaines après son assermentation. Dans le nouveau rôle d’évaluation à ce moment, la valeur des maisons subissait une hausse moyenne de 27,1 % par rapport à l’exercice précédent. Trois ans plus tard, en 2012, cette augmentation frisait les 14 %.

Or, jamais la Ville n’a demandé à Servitech d’organiser une séance d’information pour l’ensemble de la population lors de ces secousses.

Curieusement, l’initiative surgit alors que le nouveau rôle annonçait une... baisse moyenne de 2,05 % de la valeur des résidences unifamiliales!

«Il faut comprendre le système», explique M. Guimond. «Les gens ne peuvent pas être mécontents d’un évaluateur qui crée des valeurs au rôle basées sur le marché! On nous demande de faire une rencontre, alors nous allons expliquer.»

«C’est sûr que le moment de ce genre de rencontre d’information, ça devrait être au dépôt du rôle», ajoute-t-il. «Les gens mélangent les taxes et la valeur. (Au dépôt du rôle), les gens n’ont en main que leur évaluation. Le compte de taxes ne vient pas brouiller les pistes.»

M. Angers mentionne qu’il a songé à organiser une séance d’information à l’automne, mais la stabilité du nouveau rôle, qui affiche une hausse globale de 0,8 % pour l’ensemble des propriétés à Shawinigan, l’avait convaincu que l’exercice demeurait inutile cette fois-ci.

Par contre, il reconnaît que d’un dépôt de rôle à l’autre, les mêmes questions surgissent chez les citoyens.

«Nous cherchons toujours des moyens pour informer notre population le mieux possible», souligne-t-il. «Je pensais que la stabilité du rôle aurait moins d’impact, mais je vois encore une grande incompréhension.»

«Nous avons donc organisé cette rencontre dans un objectif d’éducation populaire», ajoute le maire. «Ça fait partie de nos façons de faire. J’espère que les gens seront au rendez-vous. L’objectif, c’est qu’ils comprennent comment ça fonctionne. Ça se peut que certains ne soient pas d’accord, mais on va expliquer techniquement comment une évaluation se fait.»

Karine Bussière se déplacera assurément à cette assemblée d’information. Au cours des dernières semaines, elle a invité les gens à répondre à un sondage à propos de leur dernière évaluation foncière sur Facebook. Plus de 650 personnes se sont prêtées au jeu et sans surprise, la très forte majorité d’entre elles expriment un désaccord par rapport à la valeur de leur propriété. Plus de 300 personnes ont ajouté un commentaire à leur réponse.

«Je souhaite qu’il y ait le plus de gens possible à la rencontre d’information», mentionne Mme Bussière. «Ça dénoterait l’incompréhension des gens devant l’évaluation de nos maisons.»

Vendredi, Servitech avait reçu 414 demandes d’information de citoyens sur leur nouvelle évaluation.

À pareille date lors du dépôt du rôle précédent, en 2016, la firme en avait compilé 542. À ce moment, la résidence unifamiliale moyenne avait subi une augmentation de 2,75 %.

«C’est assez tranquille depuis deux semaines», observe M. Guimond. «Ça suit le cours normal des choses. La première semaine (après la réception du compte de taxes), c’est toujours plus occupé. Après, ça ralentit.»