Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Ville de Shawinigan installera une plaque commémorative qui sera adjointe à un chêne dans l’objectif de rendre hommage aux Shawiniganais décédés de la COVID-19.
La Ville de Shawinigan installera une plaque commémorative qui sera adjointe à un chêne dans l’objectif de rendre hommage aux Shawiniganais décédés de la COVID-19.

Shawinigan rend hommage aux victimes de la COVID-19 [VIDÉO]

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La Ville de Shawinigan a dévoilé jeudi matin au parc Saint-Jean-Baptiste du secteur Grand-Mère la plaque commémorative qui sera adjointe à un chêne dans l’objectif de rendre hommage aux Shawiniganais décédés de la COVID-19.

Quarante-quatre d’entre eux ont perdu la vie au CHSLD Laflèche, ce qui a amené la Ville à choisir le parc Saint-Jean-Baptiste pour y planter un chêne rouge d’Amérique.

«C’est avec beaucoup d’émotion que nous procédons à ce geste solennel de mémoire. Ce moment nous permet de nous rappeler ce que ces personnes ont vécu. C’est aussi l’occasion de partager un moment avec ceux qui ont travaillé fort pendant cette pandémie», a souligné d’entrée de jeu le maire Michel Angers.

Le choix s’est arrêté sur le chêne rouge d’Amérique parce qu’il symbolise «les joies, les peines et l’amour qu’elles [les victimes du virus] ont semés», a précisé le maire.

Tout juste avant de procéder à la plantation de l’arbre, les citoyens et les familles présentes ont observé un moment de silence.

Pour Pierrette Langlois-Gélinas, qui a perdu sa sœur de la COVID-19 le 13 avril 2020, les souvenirs sont encore douloureux.

«Ce que j’ai trouvé difficile, c’est qu’on n’ait pas pu la voir avant son décès. Ça, c’était terrible. Un an plus tard, là, ça va bien. On l’a accepté et on prie pour le repos de son âme. Mais ce n’est pas plus évident pour autant», a-t-elle confié.

Le curé Alain Gélinas ne l’a pas trouvé facile, lui non plus. Venu soutenir les familles, il concède avoir trouvé la situation «très pénible» sur le plan personnel.

«C’est un drame épouvantable. La pandémie, c’est inhumain. Des gens ont été laissés avec leur chagrin. J’ai célébré des funérailles plusieurs mois après le décès d’un proche des familles et il fallait s’ajuster. Comme les funérailles avaient été déplacées dans le temps, c’était difficile de savoir où les gens en étaient rendus dans leur deuil», exprime-t-il.

«En cette semaine où plusieurs régions basculent en zone jaune, où on sent qu’on retourne peu à peu vers une vie normale grâce à la vaccination, c’est important d’avoir une pensée pour les victimes», souligne le maire de Shawinigan, Michel Angers.

«Nous avons été particulièrement touchés à Shawinigan à cause du CHSLD Laflèche. C’est une situation que personne ne souhaite revivre. D’ailleurs, mes collègues du conseil se joignent à moi pour remercier nos concitoyennes et nos concitoyens pour leur respect mutuel dans l’application des mesures sanitaires. Nous avons su demeurer unis et solidaires. Nous sommes très fiers de notre communauté», conclut le maire Michel Angers.