Le maire de Shawinigan, Michel Angers.
Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Shawinigan offrira des camps de jour... en places limitées

Shawinigan — La Ville de Shawinigan a finalement décidé d’offrir des camps de jour cet été, mais le maire, Michel Angers, souhaite que seuls les parents qui ne peuvent faire autrement s’en prévalent. Comme partout ailleurs, les places seront très limitées.

Le Service des loisirs, culture et vie communautaire a présenté différents scénarios aux élus en séance privée, lundi. Le conseil municipal a finalement décidé de suivre la tendance générale d’offrir ces camps pour les jeunes, malgré les contraintes imposées par la COVID-19.

«Quand le gouvernement nous dit que ce sera une super belle expérience cet été, eh bien ce n’est absolument pas comme ça que ça va se passer», prévient M. Angers. «Entre annoncer l’ouverture des camps de jour et le cahier de charges que nous avons et les immenses contraintes, c’est extrêmement difficile.»

«Plusieurs villes ont décidé de ne pas faire de camps de jour, compte tenu des restrictions», fait remarquer le maire. «De notre côté, nous avons décidé d’y aller.»

Par contre, M. Angers mentionne que moins de la moitié du bassin habituel d’enfants pourront être accueillis. Il s’attend à ce que les inscriptions soient limitées à environ 230 jeunes.

«C’est extrêmement compliqué», déplore-t-il. «Il n’y aura pas de place pour tout le monde. Ceux qui pourront garder leurs enfants chez eux ou trouver une alternative, on va souhaiter que ça puisse se faire. Il y a aura moins d’élus, compte tenu de toutes ces restrictions.»

«Ce sera compliqué pour les jeux d’eau, les piscines. Les moniteurs doivent être les mêmes pendant tout ce temps, avec un nombre très réduit d’enfants. Ce sera compliqué de demander à des jeunes de 16, 17 ou 18 ans de voir à tout ça.»

Le conseil municipal de Shawinigan ne jonglait pas tant avec la possibilité de tout simplement annuler les camps de jour que pour trouver la formule optimale en cette période de pandémie. Une soixantaine de jeunes moniteurs seront engagés pour maintenir le service.

«On sait que des parents en ont besoin, parce qu’ils n’ont pas d’alternative», comprend le maire. «Nous le faisons par préoccupation pour les parents.»

Des camps de jour seront donc organisés, mais les dates restent à être confirmées. En fait, il reste plusieurs questions en suspens et l’été s’en vient à grands pas.

«Quel mode de sélection emploierons-nous, dans l’éventualité où nous aurions plus de monde que ce que nous pouvons prendre?», cite le maire en exemple. «Nous n’avons pas encore statué là-dessus.»

«La situation est difficile, mais c’est encore mieux que de ne rien offrir», se console M. Angers. «Nous devrons encadrer et les coûts seront très importants. Nous aurons le même nombre de moniteurs, pour un nombre réduit d’enfants.»

Déconfinement

La Ville de Shawinigan a aussi annoncé, mardi, qu’elle recommence à accueillir les citoyens pour une demande de permis au comptoir de service de l’hôtel de ville. Il faut toutefois prendre rendez-vous 24 heures à l’avance.

Évidemment, les citoyens qui se présenteront à l’hôtel de ville devront respecter les mesures de distanciation physique. Le port du masque de protection est également recommandé. Les personnes qui ont des symptômes de la COVID-19 ou qui ont été en contact avec des gens qui en avaient doivent éviter de se présenter à l’hôtel de ville.

Enfin, les élus ont également décidé de poursuivre la présentation de la deuxième édition du budget participatif citoyen, malgré les inconvénients causés par le coronavirus.

«Nous allons organiser tout ça de façon virtuelle», avance M. Angers. «Nous allons continuer le processus, tel que prévu.»