Shawinigan: les dix événements marquants de l'année

Comme plusieurs autres secteurs de la Mauricie, Shawinigan a connu un mois de mai pénible en raison des caprices de Dame Nature.

1.  Le Saint-Maurice donne des sueurs froides

Même si Shawinigan s’en est finalement bien tirée dans la région au printemps, les premières alertes sur les risques de débordement de la rivière Saint-Maurice sont apparues sur le chemin de l’Ermitage, au début mai. Un poste de commandement municipal avait été dépêché au coin de l’avenue du Beau-Rivage et du chemin des Bois-Francs, où l’eau menaçait également les maisons. Le 2 mai, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, s’était même déplacé à Shawinigan pour analyser la situation. 

2. Les services supralocaux dans un cul-de-sac

Incapable d’en venir à une entente avec dix municipalités avoisinantes pour l’utilisation de ses équipements supralocaux, la Ville de Shawinigan rend les armes en mai et accepte de revoir la tarification de ses activités pour les non-résidents. Les changements se font particulièrement sentir chez les adeptes des sports de glace. Le débat se transporte ensuite sur le mode de perception de ces frais de non-résidents, dont l’application change selon les disciplines ou les municipalités concernées. 

La vente du Trou du diable à Six Pints, une filiale de Molson Coors, a semé la consternation dans le milieu des microbrasseries.

3. Molson Coors se paie la traite

Le milieu tissé serré des microbrasseurs encaisse tout un choc le 9 novembre, lorsque Molson Coors annonce l’acquisition du Trou du diable via sa filiale Six Pints. Malgré les propos rassurants des quatre fondateurs, les réseaux sociaux s’enflamment, certains criant à la trahison. L’Association des microbrasseries du Québec va jusqu’à mettre un terme à ses démarches pour l’organisation de son congrès annuel à Shawinigan en 2018, mais le Trou du diable réplique avec des promesses d’investissements importants au cours des prochains mois... et une première montée au Centre Bell.

4. Des surprises électorales

Même si l’élection du 5 novembre n’a pas beaucoup modifié le portrait du conseil municipal, elle passera tout de même à l’histoire pour trois raisons. Alain Lord, dont plusieurs gens d’affaires du centre-ville ne voulaient plus, s’est fait montrer la porte avec Serge Aubry, un autre conseiller expérimenté. Ensuite, dans le district du Rocher, Lucie DeBons a résisté à une première demande de nouveau dépouillement depuis la fusion avant d’être officiellement élue. Finalement, les électeurs ont délégué le premier conseil paritaire de l’histoire de Shawinigan.

Une annonce attendue depuis longtemps, celle de l’aménagement d’une importante marina sur les rives du Saint-Maurice à la hauteur de Shawinigan.

5. La marina tant attendue

À la fin août, les représentants des trois paliers de gouvernement étaient réunis sur le site de l’ancienne papeterie de Produits forestiers Résolu pour annoncer l’aménagement d’une marina et d’un parc riverain, un projet de 13,8 millions $ qui débutera en 2018. L’ampleur du projet, qui prévoit notamment 99 quais, une capitainerie, un pavillon d’accueil et une auberge, sème beaucoup d’enthousiasme et un peu de scepticisme.

Le DigiHub fera parler de lui jusqu’au sommet du G7 en 2018.

6. Le DigiHub au G7

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a qualifié ce moment de «plus grande annonce à vie à Shawinigan». En octobre, le DigiHub a confirmé la signature d’une entente de collaboration avec le gouvernement du Canada dans le cadre de l’organisation du prochain Sommet du G7, les 8 et 9 juin 2018 dans le comté de Charlevoix.

7. Investissement privé majeur

Le projet du Groupe Château Bellevue au coin de l’avenue des Cèdres et de la 9e Rue de la Pointe, une résidence pour personnes âgées autonomes de 50 millions de dollars prévoyant 300 logements sur dix étages, a rencontré une certaine résistance dans le secteur. Une contestation s’est donc organisée, mais finalement, seulement 29 personnes ont signé le registre pour contrer le changement de zonage. La bande commerciale de l’avenue des Cèdres sera donc démolie au cours des prochaines semaines et le début de la construction suivra.

8. Enfin l’aboutissement

Le projet d’assainissement des eaux usées et d’aqueduc autour du lac à la Tortue est enfin passé à la phase de la réalisation en 2017. En janvier, Québec et Ottawa venaient confirmer, à Shawinigan, l’octroi d’une aide financière de 35,7 millions $ grâce au Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées, la plus importante subvention versée dans le cadre de ce programme au Québec. Compte tenu de ce support, le conseil municipal de Shawinigan a décidé de refiler la facture de l’asphaltage aux résidents touchés, ce qui n’a pas réduit leur enthousiasme.

9. Des millions $ au Centre national de vérification et de recouvrement

En avril dernier, la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, se présentait à nouveau à Shawinigan, cette fois pour confirmer une première phase d’investissements de 12 millions $ d’ici 2019 au Centre national de vérification et de recouvrement, l’ancien centre de données fiscales, pour remettre l’immeuble aux normes. Cette orientation consolide ainsi l’avenir de quelque 860 postes équivalents temps plein.

Les adeptes de Vallée du parc verront plusieurs améliorations au centre de glisse au cours des prochains mois.

10. Importants investissements à Vallée du parc

Le principal centre de glisse de la région a annoncé, en décembre, des investissements de 4,4 millions $ au cours des deux prochaines années. Cinq nouvelles pistes, nouvelle remontée mécanique, système d’enneigement artificiel et d’éclairage améliorés feront partie des innovations à la station Vallée du parc, qui recevra un coup de pouce de près de 1,5 million $ du ministère du Tourisme pour réaliser ses projets.