Sur le chemin de la Vallée-du-Parc, la piste cyclable n’est guère invitante...

Shawinigan: déjà une trentaine de réclamations pour bris

Shawinigan — Avec la température, l’état des routes à Shawinigan fait partie des sujets de discussion de prédilection au Centre-de-la-Mauricie depuis le début du printemps. Jusqu’ici en 2019, la Ville a reçu 29 demandes de réclamations pour bris de véhicules, mais le rythme devrait diminuer au cours des prochaines semaines puisque certains tronçons critiques seront réparés à la suite d’un contrat de 1,5 million $ attribué par le conseil municipal en début de semaine.

Faut-il parler d’un dégel particulièrement meurtrier pour les suspensions de véhicules ce printemps? Les 29 réclamations se comparent au nombre reçu pour l’ensemble des années 2018 et 2016. Par contre, la Ville n’en avait traité que 8 en 2015 et 15 en 2017.

François St-Onge, directeur du Service des communications et des relations avec les citoyens, fait remarquer que ces réclamations ne sont habituellement pas envoyées pendant toute l’année. Le printemps demeure une période critique et avec les travaux de réparation de nids-de-poule qui se poursuivent, il s’attend à ce que le pire soit passé.

«Nous sommes comme ailleurs au Québec: nous avons des problèmes avec l’asphalte», relativise-t-il. «Le conseil municipal a mis en place un programme d’investissement de deux millions de dollars par année pendant dix ans pour améliorer les surfaces de roulement.»

En séance extraordinaire lundi, les élus ont annoncé l’octroi d’un contrat pour des travaux de réfection de voirie à Construction et pavage Boisvert, pour un montant de 1,520 million $. La semaine prochaine, la Ville annoncera quelles rues bénéficieront d’une attention particulière au cours des prochaines semaines. M. St-Onge indique qu’environ une vingtaine de tronçons totalisant environ dix kilomètres seront réparés.

Très passante, la rue Trudel représente l’un des bons tests de suspension de véhicule à Shawinigan ce printemps.

«Les élus ont regardé ça de très près, le Service de l’ingénierie également», explique-t-il. «Il faut commencer quelque part, mais il faut rappeler qu’il ne s’agit que de l’an 1 du programme. Ce n’est qu’un début.»

Les réparations des nids-de-poule réalisées par le Service des travaux publics compléteront ce budget supplémentaire de deux millions $ adopté pour l’année en cours. Depuis la fin mars, le quart de travail de soir compte deux équipes pour venir à bout de ces trous. À elles s’ajoutent trois équipes pendant le jour et une autre qui couvre la fin de semaine.

D’ailleurs, M. St-Onge fait remarquer que l’énergie déployée contre les nids-de-poule a retardé le balayage printanier des rues.

«Ce sont les mêmes équipes», souligne-t-il. «Nous avons beaucoup travaillé sur les nids-de-poule et ça commence à paraître. Disons que nous avons eu un hiver très propice.»

Au-delà des plaintes pour bris de véhicules, la Ville de Shawinigan n’aurait pas reçu plus de commentaires négatifs que d’habitude sur l’état de la chaussée, selon le porte-parole. Il faut dire que deux situations inhabituelles ont noirci un peu le portrait, soit la réparation du pont Marc-Trudel, où la circulation est réduite de toute façon et surtout, le chantier d’installation d’un réseau d’égout et d’aqueduc autour du lac à la Tortue. Dans ce dernier cas, le nivellement de la route par Allen entrepreneur général a toutefois amélioré les conditions de conduite.

«Nous avons beaucoup entendu parler de l’état des routes au lac à la Tortue et avec raison, mais c’était une situation particulière à cause du chantier», répète M. St-Onge.

Rappelons que le palmarès régional provisoire des pires routes réalisé par le CAA-Québec établissait que le boulevard des Hêtres, l’avenue du Tour-du-Lac et la rue Trudel se démarquaient en Mauricie. Le vote a pris fin le 24 mai et les résultats seront dévoilés au cours des prochains jours.