Le maire de Shawinigan, Michel Angers.
Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Shawinigan change de stratégie avec ses assureurs

SHAWINIGAN — Ne sachant plus comment freiner la hausse vertigineuse de ses primes d’assurances, la Ville de Shawinigan s’apprête à modifier sa stratégie. Elle préfère prendre le risque d’augmenter sa franchise en cas de sinistre, en misant sur les économies annuelles à long terme sur ses primes pour se créer un fonds spécial.

Lors de la dernière séance régulière, la conseillère du district de la Cité, Jacinthe Campagna, a déposé un avis de motion annonçant l’adoption prochaine d’un règlement pour créer une réserve financière afin de pourvoir aux capitaux nécessaires au fonctionnement d’un programme d’autoassurance.

Le maire, Michel Angers, explique qu’entre 2017 et 2020, les primes annuelles sont passées de 305 000 $ à 1,1 million $. «Ça a plus que triplé. C’est une situation qui était rendue inacceptable», tranche-t-il.

Pour abaisser ces primes, la Ville de Shawinigan augmentera sa franchise en cas de sinistre, ce qui, en contrepartie, entraînera des économies sur ses coûts annuels. Ces économies seront dirigées vers une réserve financière qui sera éventuellement utilisée pour payer ce montant déductible plus élevé lors d’une réclamation.

L’objectif consiste à constituer une réserve d’un million de dollars spécifiquement à cette fin. Les montants déductibles varient selon le type d’assurance, mais par exemple, pour la responsabilité civile, ils pourraient passer de 100 000 $ à un million $.

«D’autres villes le font avec énormément de succès, des villes deux ou trois fois plus grosses qui payent beaucoup moins cher que nous», constate le maire.

La Ville de Shawinigan fera toujours partie du regroupement de l’Union des municipalités du Québec pour ses diverses assurances. En fait, les seules différences se situeront au plan des sommes à payer et du montant déductible à engager en cas de déveine. Ces franchises sont laissées à la discrétion de chacune des treize municipalités qui participent à ce regroupement.

«Au fil du temps, le fonds va grossir», explique M. Angers. «Quand il y aura d’énormes sinistres, nous aurons notre million de dollars en réserve. Si nous n’avons pas de sinistres, nous continuerons à augmenter notre fonds et plutôt que de payer 1,1 million $ par année pour nos assurances, nous serons autour de 400 000 $ ou 500 000 $.»