Actualités

Les automobilistes toujours interdits

SAINT-ÉTIENNE-DES-GRÈS — Les automobilistes et les amateurs de VTT devront prendre leur mal en patience, car le lien interrives de La Gabelle demeure fermé, du moins jusqu’à nouvel ordre. Par contre, Hydro-Québec a autorisé les cyclistes et les piétons à emprunter le lien dès vendredi matin.

«En raison de l’accident impliquant un employé d’Hydro-Québec et un automobiliste, nous avons fermé le lien et nous avons mis sur pied un comité consultatif afin de prendre des mesures nécessaires pour sécuriser tous les usagers», explique Élisabeth Gladu, conseillère, relations avec le milieu Centre-du-Québec et Mauricie. Elle explique qu’au terme d’un premier échange avec les partenaires du milieu, Hydro-Québec a décidé de procéder à la réouverture du lien interrives de La Gabelle aux cyclistes et aux piétons. «Notre objectif est de trouver une solution qui garantira la sécurité de nos employés et de tous les utilisateurs du lien interrives de La Gabelle. Cette cohabitation sécuritaire est primordiale et demeure le but premier de notre réflexion. Nous poursuivons nos démarches avec la municipalité de Saint-Étienne-des-Grès, la municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et avec la Sûreté du Québec», raconte-t-elle.

Actualités

Encore quelques mois d’attente

SHAWINIGAN — La Ville de Shawinigan souhaite toujours s’entendre sur un nouveau modèle d’affaires avec la Société protectrice des animaux de la Mauricie, mais les deux parties n’ont pas réussi à trouver la formule magique avant la fin de leur première entente. Lors de la dernière séance publique régulière, les élus ont donc convenu d’ajouter quatre mois au contrat actuel, le temps de terminer les négociations.

En 2013, la Ville avait déroulé le tapis rouge à la SPA Mauricie pour qu’elle prenne en charge la protection et le contrôle animalier sur son territoire. Logé gracieusement par la Société de développement de Shawinigan, l’organisme était aussi déchargé du système de répartition des appels, assumé par Communications Le Rocher. La Ville assumait les principales dépenses d’entretien, de frais d’éclairage, d’électricité et de chauffage, en plus d’accorder un montant annuel de 375 000 $ pour la gestion du service. En 2015, le conseil municipal avait même dû allonger 29 000 $ de plus.

Actualités

Avis de réduction de consommation d'eau à Shawinigan

SHAWINIGAN — La Ville de Shawinigan demande aux citoyens des secteurs Grand-Mère et Saint-Georges ainsi qu’à ceux des quartiers Shawinigan-Nord, Sainte-Hélène et Terrasse-des-Rapides de réduire leur consommation d’eau au strict nécessaire le mardi 10 juillet, entre 6 h et 18 h.

À cette occasion, la Ville procédera au raccordement de la station de traitement d’eau potable du lac des Piles. Ces travaux nécessiteront une coupure en alimentation.

Actualités

De retour avec une version écourtée

Shawinigan — Pour un quatrième été consécutif, les plaisanciers pourront naviguer en toute sécurité sur la rivière Saint-Maurice chaque fin de semaine à compter du 1er juillet et ce, jusqu’au 15 septembre. Cette année cependant, le balisage a été réduit à une quarantaine de kilomètres, ne s’étendant qu’entre le secteur Grand-Mère et le confluent de la rivière Mékinac, à Saint-Roch-de-Mékinac.

Depuis 2015, le parcours se rendait jusqu’à La Tuque. Mais le bilan de fréquentation effectué après trois ans d’exploitation, l’automne dernier, ne suscitait guère d’enthousiasme. En 2017, la marina de La Tuque avait accueilli 538 visiteurs, dont 235 de la région. Des 311 embarcations recensées, 75 % étaient des motomarines, canots, kayaks ou chaloupes, à qui le balisage ne sert pas vraiment.

Actualités

«On ne faisait pas ça par plaisir»

Shawinigan — Les dénonciations de pollution par le bruit qui se font entendre un peu partout à travers le Québec démontrent que les riverains du lac à la Tortue n’ont pas puisé dans leur imagination les inconvénients vécus par les vols d’hydravions touristiques. C’est l’observation que partage la présidente de la Coalition contre le bruit, Liliane Guay, au terme de l’instruction en recours collectif qui s’est conclue jeudi, au palais de justice de Shawinigan.

En tant que personne désignée, cette retraitée a vécu de très près le procès, prenant notamment place au tribunal auprès de ses avocates, Mes Marie-Anaïs Sauvé et Catherine Sylvestre. Un exercice mémorable qui n’a pas été traversé sans heurts, convient-elle.

Actualités

Entre protection et développement

SHAWINIGAN— Une assemblée publique de consultation sur un projet de règlement touchant les nouvelles constructions dans certaines zones de Shawinigan, notamment au lac des Piles et son bassin versant, a dévié vers un nouveau questionnement concernant la densité d’habitations souhaitée autour de ce plan d’eau. Un débat qui refait surface périodiquement dans le secteur, où la Ville tente de trouver l’équilibre entre la protection de cette importante source d’eau potable et un développement résidentiel serein.

Une dizaine de citoyens se sont présentés à la salle du conseil municipal de Shawinigan, le 18 juin, pour participer à l’assemblée publique de consultation sur un projet de règlement visant à uniformiser les permis de construction ou de certificats d’autorisation dans certaines zones. Diverses catégories de travaux devront dorénavant respecter un nouveau plan d’implantation et d’intégration architectural (PIIA).

Actualités

Cannabis: Shawinigan détermine ses zones

SHAWINIGAN— La Ville de Shawinigan sera prête pour l’entrée en vigueur de la loi légalisant la consommation et la production de cannabis, le 17 octobre. Si tout se déroule comme prévu, les modifications à son règlement de zonage pour permettre la production de marijuana et sa vente au détail dans certains secteurs limités du territoire seront adoptées en séance extraordinaire le 23 juillet, même si le maire, Michel Angers, semble plus résigné que fébrile à l’idée de mettre en vigueur ces nouvelles dispositions.

«Je n’ai pas beaucoup d’enthousiasme vis-à-vis ça», reconnaît-il. «L’un des objectifs de la légalisation, c’est de diminuer le marché noir. Personnellement, j’ai des doutes qu’on puisse le ralentir. Au contraire, je considère qu’il va s’adapter. On le dit, c’est un marché! Ma crainte, c’est qu’on baisse les prix pour concurrencer le public. Plus les prix sont bas, plus ça devient accessible.»

Actualités

Ça commence cet été

SHAWINIGAN — Le nettoyage des embarcations nautiques avant leur mise à l’eau alimente les discussions depuis quelques années au lac des Piles. Cet été, la Ville de Shawinigan souhaite progressivement sensibiliser les plaisanciers à ce qui deviendra une obligation le 1er septembre.

Cette mesure est inspirée du fameux plan directeur de l’eau au lac des Piles, dont l’objectif consiste notamment à protéger l’une des principales sources d’eau potable de la municipalité. Le nettoyage obligatoire d’embarcations vise à discipliner les visiteurs, afin d’éviter qu’ils importent des organismes pathogènes ou des espèces végétales envahissantes.

Actualités

Deux événements sportifs pour la cause

SHAWINIGAN — Deux événements sportifs se tiendront au cours des prochaines semaines afin d’amasser des fonds qui permettront à la Fondation de la SSS de l’Énergie d’améliorer la qualité des services aux usagers de l’Hôpital du Centre-de-la-Mauricie et de soutenir des projets en santé mentale.

Les 9 et 10 juin prochain, 55 cyclistes parcourront 200 km à vélo sur les routes de la région dans le cadre de la cinquième édition de la Randonnée de l’Énergie – Peinture Boomerang tandis que le 9 juin, des golfeurs s’exerceront lors de l’Omnium de golf Desjardins qui aura au Club de golf Le Mémorial.

Actualités

La juge Ouellet visite l’aéroport

SHAWINIGAN — Le procès du recours collectif de la Coalition contre le bruit contre Bel Air Laurentien aviation sur les préjudices subis par l’activité des vols touristiques d’hydravions a franchi mercredi une étape importante. Après 23 jours de procès, toutes les parties ont présenté leurs preuves et fait entendre leurs témoins. Afin de se faire une idée des lieux, la juge Suzanne Ouellet s’est rendue au lac à la Tortue avec les sept avocates impliquées dans ce procès.

Une fois les procédures au palais de justice de Shawinigan terminées, la juge Suzanne Ouellet s’est rendue visiter l’aéroport du lac à la Tortue de même que les installations de Bel Air Laurentien aviation. La magistrate avait formulé cette demande mardi durant le procès. Après avoir consulté plusieurs cartes dans le cadre du procès, elle voulait s’imprégner des lieux pour mieux se préparer à rendre un jugement éclairé.