La Table nationale des corporations de développement communautaire soutient que les quotidiens régionaux constituent pour elle un puissant levier pour s’inscrire dans le débat public.

«Seul levier pour s’inscrire dans l’espace public»

TROIS-RIVIÈRES — «C’est souvent le seul levier qu’on a pour s’inscrire dans l’espace public», soutient Marie-Line Audet, directrice générale de la Table nationale des corporations de développement communautaire (TNCDC), en parlant du travail des quotidiens régionaux et des enjeux communautaires et sociaux que ses membres défendent.

Se disant préoccupée par la situation du Groupe Capitales Médias, la TNCDC sort publiquement. Elle illustre le rôle fondamental des quotidiens régionaux dans le développement des communautés, estime-t-elle, en évoquant la couverture faite par Le Nouvelliste de l’éventuelle démolition du Centre communautaire de Louiseville. «La CDC de la MRC de Maskinongé, qui travaille activement à l’élaboration d’alternatives, a non seulement été interpellée par des figures politiques, mais aussi par des citoyens et des entreprises privées afin d’offrir leur soutien», indique le TNCDC.

Marie-Line Audet fait valoir que dans les grands centres urbains, les médias auront souvent tendance à couvrir les enjeux à caractère économique. Les enjeux communautaires font ainsi figure d’enfants pauvres de l’information, se désole-t-elle. Or, pareille dynamique n’est pas la même en région alors que les quotidiens qui évoluent plus loin du pôle économique qu’est Montréal offrent davantage de visibilité aux problématiques communautaires, maintient Mme Audet. «Ils nous donnent l’occasion de faire valoir le point de vue des régions dans le débat public», plaide-t-elle.

Bien qu’elle convienne que les médias sociaux s’avèrent être un véhicule intéressant pour communiquer avec sa clientèle, Mme Audet souligne qu’ils présentent le désavantage de ne s’adresser qu’à un public déjà acquis. Les médias de masse permettent d’aller toucher un public qui serait autrement difficile à rejoindre, explique-t-elle. De plus, continue la directrice générale, le travail journalistique permet de documenter les enjeux, de les contextualiser et de leur frayer un chemin jusqu’au niveau politique.