Le centre de curling de Shawinigan fait partie des équipements supralocaux identifiés par le conseil municipal.

Services supralocaux: le fruit a-t-il mûri?

SHAWINIGAN — Le nouveau conseil municipal de Shawinigan tournera-t-il définitivement la page au sujet des compensations à obtenir des municipalités avoisinantes pour l’utilisation de ses équipements supralocaux, ou tentera-t-il une relance au cours des prochains mois? Le maire, Michel Angers, ne veut pas ouvrir son jeu pour le moment, mais pendant que ce dossier fait du surplace dans la région, Victoriaville annonce une entente intermunicipale avec six partenaires pour une durée de cinq ans.

À Shawinigan, ces négociations se sont terminées en queue de poisson au printemps. Devant l’impossibilité d’en venir à une entente avec ses partenaires, l’administration municipale a doublé ses frais de non-résidents pour les adeptes du hockey mineur, qui sont passés de 400 $ à 800 $. Des changements ont également été imposés en patinage artistique, au curling, pour le patinage libre et l’accès aux bibliothèques pour les visiteurs. La Ville voulait également introduire un mode d’inscription qui sollicitait la collaboration des autres municipalités, mais cet appel n’a pas été entendu partout.

Une nouvelle année et de nouveaux visages pourraient-ils donner une autre orientation à ces négociations? Shawinigan souhaitait une entente avec dix municipalités depuis 2015 et la moitié d’entre elles sont représentées par un nouveau maire depuis le 5 novembre: Grandes-Piles, Saint-Boniface, Saint-Élie-de-Caxton, Saint-Mathieu-du-Parc et Saint-Tite.

Pendant ce temps sur la rive sud, le conseil municipal de Victoriaville n’a pas trop perdu de temps pour annoncer une nouvelle entente de cinq ans avec six municipalités pour l’utilisation des équipements de loisirs et de culture aux mêmes conditions que les résidents de la ville centre. 

Le pacte avec Saint-Christophe-d’Arthabaska, Saint-Albert, Maddington Falls, Notre-Dame-de-Ham, Saint-Louis-de-Blandford et Saints-Martyrs-Canadiens a été confirmé une semaine après l’élection. Victoriaville s’attend à annoncer d’autres partenariats d’ici la fin de l’année, puisqu’elle possédait des ententes avec 16 municipalités.

Les montants dévoilés donnent le vertige comparativement à ce que la Ville de Shawinigan exigeait aux communautés environnantes au cours des deux dernières années. Pour le moment, Saint-Christophe-d’Arthabaska représente le gros morceau: en 2018, elle versera 882 922 $ à Victoriaville pour l’utilisation de ses infrastructures. Cette somme représentera environ 30 % du budget de ce village qui compte 3274 personnes! 

Rappelons qu’au début des négociations sur les services supralocaux, Shawinigan réclamait 539 179 $... pour l’ensemble des municipalités identifiées par Raymond Chabot Grant Thornton dans sa fameuse étude qui avait servi de base de discussion. Il s’agissait de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Saint-Boniface, Saint-Étienne-des-Grès, Saint-Élie-de-Caxton, Saint-Mathieu-du-Parc, Grandes-Piles, Saint-Paulin, Hérouxville et Saint-Tite. Charette s’était ajoutée pendant les négociations.

Francine Moreau, directrice générale à Saint-Christophe d’Arthabaska, reconnaît que la facture est salée. Cette année, cette municipalité versait quand même 574 566 $ à Victoriaville pour l’accès à ses équipements supralocaux, mais une nouvelle étude, toujours réalisée par RCGT, démontrait que les coûts de ces infrastructures avaient explosé, notamment en raison de nouvelles constructions. Voilà pourquoi la contribution de Saint-Christophe d’Arthabaska bondira de 54 % en 2018. La facture suivra l’inflation pour les quatre années suivantes.

«C’est sûr que c’est très élevé», reconnaît-elle. «Le conseil municipal a pris beaucoup de temps avant de se décider. Nous avons un service cinq étoiles. C’est peut-être un peu cher, mais si notre municipalité devait se payer toutes ces infrastructures, ce serait encore plus dispendieux.»

Conséquences

Victoriaville impose des frais supplémentaires de 350 $ par inscription aux résidents des municipalités qui ne s’entendent pas avec la ville centre.

Saint-Samuel a décidé de passer son tour, après avoir goûté à cette entente. En 2017, elle payait 1800 $ pour en faire partie. Dans la nouvelle proposition de cinq ans, Victoriaville exigeait... 15 000 $.

«On trouvait ça un peu exagéré», exprime Suzie Constant, directrice générale de cette municipalité de 774 habitants. «Quand Victoriaville nous avait approchés la première fois, on trouvait ça alléchant parce que nos citoyens pouvaient aller à Warwick et à Victoriaville (sans frais supplémentaires). Avec Warwick, nous n’avons pas le choix à cause du hockey mineur.»

«Victoriaville veut nous faire payer ses infrastructures», opine Mme Constant. «Si on en veut, on va se les payer! Chaque municipalité a son idée, mais chez nous, les élus ont décidé de continuer l’entente avec Warwick et d’annuler celle avec Victoriaville.»

Ces hausses de contribution amèneront de l’eau au moulin aux maires de la région qui craignaient qu’en s’engageant dans ce genre d’entente, les municipalités risquaient de perdre le contrôle au fil des années. C’est d’ailleurs pourquoi les ultimes efforts de réduction de facture de la Ville de Shawinigan, à l’automne 2016, n’avaient rien donné.