Sept employés suspendus à l’ABI

Bécancour — Un mois après le retour au travail, sept salariés syndiqués de l’Aluminerie de Bécancour auraient déjà été suspendus sans solde pour différentes causes, selon Radio-Canada Mauricie.

On y rapporte que ces mesures disciplinaires, d’une journée pour la plupart, découleraient tantôt d’un employé assoupi durant son quart de travail, tantôt d’un travailleur en retard.

Selon la société d’État, une dispute au sujet d’un congé serait survenue entre un syndiqué et un cadre. Un employé aurait également été blâmé pour une publication sur son compte Facebook. Pour un des travailleurs, qui aurait haussé le ton en s’adressant à un supérieur, la période de suspension totalise 60 heures, soit cinq quarts de travail de douze heures.

Si, du côté de l’employeur, on parle de cas isolés et de sanctions imposées «pour cause juste et suffisante», le syndicat refuse pour sa part de commenter le dossier.

Pourtant, lundi, en marge d’une conférence de presse tenue dans le parc industriel de Bécancour, la présidente et directrice générale de l’ABI, Nicole Coutu, affirmait au Nouvelliste que les choses allaient bien, sans vouloir faire le point sur la situation, un mois après le redémarrage de l’usine.