Michel Purcell est le coordonnateur du Travail de rue communautaire de la MRC de Maskinongé.
Michel Purcell est le coordonnateur du Travail de rue communautaire de la MRC de Maskinongé.

Sensibiliser les gens au travail de rue

LOUISEVILLE — Le but de toute campagne de financement est évidemment d’amasser des fonds. Mais pour le Travail de rue communautaire de la MRC de Maskinongé, l’actuelle campagne sert aussi à sensibiliser la population à la réalité du travail de rue.

Le T.rue.C vient de lancer une nouvelle campagne de financement avec l’objectif d’amasser 5000 $ qui serviront à compléter son budget de fonctionnement. Selon Michel Purcell, le coordonnateur de l’organisme, cette campagne doit aussi être l’occasion pour les citoyens de la MRC de Maskinongé de prendre conscience de l’impact d’une telle ressource qui vient en aide à des gens aux prises avec différentes difficultés.

«Notre travail est essentiellement des relations humaines. On aborde la campagne de financement comme une opportunité d’informer les gens sur le travail de rue et sur notre rôle dans la communauté. Ce rôle est d’intervenir, d’être disponible pour toute personne qui vit différentes difficultés, prioritairement les gens de 12 à 30 ans. Et notre approche s’inscrit dans une démarche de prévention.»

Même si l’avenir du T.rue.C. ne dépend pas du résultat de cette campagne de financement, celle-ci est nécessaire pour permettre à l’organisme d’atteindre des revenus évalués à environ 130 000 $ pour faire face à ses dépenses. À l’instar d’autres organismes, le T.rue.C profite d’un rehaussement de la participation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Mais malgré cette contribution majorée à près de 105 000 $, les besoins demanderaient davantage.

«Centraide nous donne 15 000 $, mais le reste, on doit le trouver sous forme de différentes subventions et des programmes existants. Les 5000 $ de la campagne de financement vont nous aider à nous rapprocher de notre 130 000 $, 135 000 $. Mais ce qu’on aimerait, c’est avoir 167 000 $ du CIUSSS. C’est environ 75 % de nos besoins d’opération réelle avec une équipe consolidée, soit quatre personnes à 32 heures, ce qui nous amène à un budget d’environ 210 000 $», indique M. Purcell, dont l’équipe actuelle compte un employé à temps plein et deux à temps partiel.

Une campagne qui va bien

Le T.rue.C mène sa campagne de financement sous le thème «Tous pour la rue!». L’organisme a 500 billets à vendre au coût de 10 $. Le rythme de la vente va assez bien merci avec 375 billets déjà écoulés.

Chaque billet donne la chance de remporter un crédit voyage de 1000 $ grâce à un partenariat avec Voyages Vasco de la MRC de Maskinongé. Le billet gagnant sera tiré le 26 mars lors d’un 5 à 7 à la Brassette l’Ami de Louiseville. Pour l’occasion, le groupe Elektrik Playground sera en spectacle. Ce groupe est notamment composé de Patrice Duhaime, membre de l’équipe du T.rue.C qui est complétée par Michaël Viennot-Perron et Michel Purcell.

Les travailleurs de rue vendent des billets qui sont aussi offerts au café le Rose-Barista et à l’agence Voyages Vasco, deux commerces de Louiseville.