Le député Marc H. Plante, le porte-parole des citoyens, Paul Langevin, et le maire Robert Landry.

Sel de déglaçage à Saint-Étienne-des-Grès: Québec investit 2,8 M $

«Enfin!». Voilà comment le député de Maskinongé, Marc H. Plante, a annoncé lundi au comité de citoyens de Saint-Étienne-des-Grès l’octroi d’une somme maximale de 2,8 millions de dollars provenant du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports pour la réalisation du prolongement de l’aqueduc en bordure de l’autoroute 55 à Saint-Étienne-des-Grès.

C’est que la mise en place d’un service d’aqueduc dans un secteur situé à l’est de l’autoroute 55 fera en sorte de pallier la présence de chlorure de sodium dans les puits privés des citoyens touchés par cette problématique depuis plusieurs années.

Selon le maire Robert Landry, qui a parlé d’un dossier «qui n’a pas été facile», les travaux de branchement sont prévus pour septembre 2018. Si le tout sera gratuit pour la cinquantaine de citoyens concernés, un nombre équivalent pourra profiter du service, mais avec frais. C’est Pavage Boisvert qui a obtenu le contrat pour 1,7 million de dollars.

«En 2015, le Ministère s’est engagé à redonner une eau de qualité aux citoyens touchés. Aujourd’hui, il respecte son engagement. Ainsi, l’action concrète des acteurs concernés contribuera à améliorer grandement la qualité de vie des résidents du secteur situé à l’est de l’autoroute 55», a fait savoir par voie de communiqué le ministre des Transports, André Fortin.

«Ce dossier a toujours été une priorité pour moi, et je suis fier de voir qu’une autre étape est franchie. Le Ministère s’est engagé à régler définitivement la problématique en collaboration avec la Municipalité de Saint-Étienne-des-Grès. À titre de député de Maskinongé, à la lumière de cette annonce, j’ai le sentiment d’avoir accompli mon devoir», a renchéri le député Plante.

Au printemps 2015, un comité avait été mis sur pied par le ministère des Transports, en collaboration avec la Municipalité, la Direction de la santé publique de la Mauricie, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le député de Maskinongé et des représentants des citoyens pour examiner différentes solutions. Le branchement à l’aqueduc a été retenu comme la solution privilégiée, et le ministère des Transports s’est engagé à en assumer les coûts pour les propriétés touchées.

La gestion du projet est confiée à la Municipalité de Saint-Étienne-des-Grès. «Nous sommes satisfaits», a indiqué le porte-parole du comité de citoyens, Paul Langevin.

Quant à la Pépinière 55, une entente hors cour est sur le point d’être conclue avec le ministère des Transports pour régler son problème, d’où la discrétion du propriétaire Réjean Lapointe, qui était sur place lundi. Sa solution passera par une autre source d’approvisionnement.