Quelque 500 élèves, dont Alyson Lasnier et Mahée Bergeron, ont pris part à une activité dans le cadre de la campagne «M’as-tu vu?», qui vise à sensibiliser la population à la sécurité dans les transports scolaires.

Sécurité dans les transports scolaires: la sensibilisation est toujours nécessaire

Trois-Rivières — La question de la sécurité dans le transport scolaire est toujours d’actualité. C’est pour cette raison que quelque 500 élèves du primaire et du secondaire de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy ont participé, mardi matin, à une activité dans le cadre de laquelle ils ont formé ensemble les mots du slogan de la campagne «M’as-tu vu?», qui était visible du haut des airs.

Cette activité était organisée par les transporteurs scolaires de la région en collaboration avec la police de Trois-Rivières. Afin de donner plus d’impact à cette initiative, chacun des participants a reçu et portait une tuque de couleur verte fluorescente et des photos aériennes ont été prises à l’aide d’un drone. 

«Ce slogan a pour objectif de rappeler aux usagers de la route l’importance d’être attentifs à la signalisation et aux arrêts fréquents des autobus scolaires. Cette campagne rappelle aussi aux écoliers l’importance d’être visibles en tout temps pour les conducteurs, surtout au moment de traverser la rue, de monter à bord ou de descendre d’un autobus», mentionne Sébastien Baribeau, représentant du secteur Chemin-du-Roy de la Fédération des transporteurs par autobus.

«La majorité des constats qui sont donnés en la matière le sont relativement au non-respect de la limite de 30 km/h dans les zones scolaires. On dirait que le message ne passe pas.»

Du côté de la police de Trois-Rivières, on confirme faire des efforts pendant toute la durée de l’année scolaire afin de rendre le transport scolaire le plus sécuritaire possible, et ce, autant en mettant en place des mesures visant la sensibilisation que la répression. Néanmoins, la période de la rentrée est le moment où les opérations sont les plus importantes. Le mois de septembre est d’ailleurs spécifiquement dédié à la surveillance dans les milieux scolaires. Selon le porte-parole de la police de Trois-Rivières, le sergent Luc Mongrain, ces efforts portent leurs fruits, mais il reste encore du travail à faire.

«La majorité des constats qui sont donnés en la matière le sont relativement au non-respect de la limite de 30 km/h dans les zones scolaires. On dirait que le message ne passe pas. Je ne sais pas si les automobilistes sont inattentifs aux panneaux de sensibilisation, mais on en prend encore. Par contre, pour ce qui est de l’arrêt obligatoire lors que les feux clignotants d’un autobus sont actionnés, on n’en a pas une tonne. Ce n’est pas un fléau», explique le sergent Mongrain. Il ajoute que cette infraction est la plus coûteuse, autant en points d’inaptitude que relativement à l’amende, du code de la sécurité routière.

En 2017, 3095 constats d’infraction ont été émis relativement à la limite de vitesse de 30 km/h, tandis que 15 l’ont été en ce qui concerne l’arrêt obligatoire lorsque les feux clignotants d’un autobus fonctionnent.

L’initiative de mardi matin s’inscrit dans une campagne provinciale qui se déroule présentement et qui se terminera le 9 février prochain. Il est possible de consulter le site www.mastuvu.info afin d’en savoir plus sur cette dernière ainsi que sur les différentes règles de sécurité à suivre.