Le scénario privilégié par les scouts du centre-ville de Shawinigan consiste à acquérir cet immeuble, qui appartient à la Coopérative funéraire de la Mauricie.

Scouts du centre-ville de Shawinigan: le déménagement est privilégié

SHAWINIGAN — Les scouts du centre-ville de Shawinigan souhaitent acquérir l’immeuble mis en vente par la Coopérative funéraire de la Mauricie, sur la 4e Rue de la Pointe. Pour que cette volonté se réalise, ils doivent toutefois trouver un acheteur pour leurs locaux désuets situés tout près, sur l’avenue des Cèdres.

Les rencontres se poursuivent pour assurer la pérennité de ce mouvement au centre-ville. Vendredi, la députée de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, a confié aux responsables qu’elle vérifierait si des programmes pouvaient leur venir en aide au gouvernement du Québec.

«Je leur ai conseillé de changer de bâtiment», mentionne-t-elle. «Je suis prête à aider, mais pas pour réparer une bâtisse avec des champignons.»

C’est justement le scénario privilégié par les scouts. L’immeuble de la coopérative funéraire est affiché à 189 900 $ par l’équipe St-Jean (Via Capitale). L’évaluation municipale est établie à 197 700 $. Il s’agit d’un immeuble construit en 1964, en excellent état.

Rappelons que les scouts du centre-ville de Shawinigan ont lancé un appel à l’aide le mois dernier, en raison de la vétusté de leurs locaux. Des gens d’affaires ont prêté une oreille attentive et le scénario d’un déménagement s’impose de plus en plus en raison de l’ampleur des travaux à réaliser sur l’avenue des Cèdres.

«Nous avons beaucoup d’aide», reconnaît Jean-François Déry, animateur aux louveteaux et membre du conseil d’administration. «On pourrait changer le système de chauffage pour que ça nous coûte moins cher, un plombier s’est manifesté pour régler nos problèmes. Mais il resterait aussi la couverture et un paquet d’affaires.»

Sur la 4e Rue de la Pointe, les scouts pourraient même bénéficier de la climatisation et le chauffage serait parfaitement fonctionnel. De plus, cette propriété leur permettrait de demeurer dans le même périmètre, un autre avantage.

«Si on trouve l’argent, le conseil d’administration ne se débattra pas pour rester sur l’avenue des Cèdres», convient M. Déry. «Personne ne s’obstinerait pour déménager. En plus, on serait près du parc Saint-Maurice.»

Les lieux se prêteraient également à diverses locations, entraînant ainsi de nouveaux revenus pour ce regroupement.

Vente

Sur l’avenue des Cèdres, l’organisation estime à au moins 100 000 $ l’investissement nécessaire pour remédier aux urgences. Claude Villemure, leader de la mobilisation, s’entretient ces jours-ci avec un entrepreneur en construction qui serait intéressé à acheter cet immeuble, évalué à 150 800 $ au rôle municipal. Une rencontre avec la Ville de Shawinigan est prévue plus tard cette semaine pour vérifier si elle peut contribuer d’une quelconque façon. Si cette vente finissait par se produire, diverses activités seraient organisées par la communauté d’affaires pour compléter le montage financier. Le mouvement scout du centre-ville de Shawinigan est fréquenté par une cinquantaine de jeunes.