Le tétanos s’attrape juste avec des clous rouillés? Faux!

DÉTECTEUR DE RUMEURS / C’est un classique : un clou rouillé sur lequel a marché un enfant ou qui a écorché la main d’un parent en train de réparer la salle de bain, et du coup, toute cette petite famille a des chances de se précipiter à la clinique pour un vaccin contre le tétanos. Bien qu’on ne soit jamais trop prudent, les clous rouillés sont ici une mauvaise cible, constatent le Détecteur de rumeurs et l’Organisation pour la science et la société.

Le tétanos est une infection non contagieuse causée par une bactérie appelée Clostridium tetani, un microbe qui peut être mortel dans 10 % des cas et qui, à défaut, peut causer des spasmes musculaires, de la fièvre et des difficultés à avaler.

Or, cette bactérie n’affectionne pas spécialement les clous rouillés. On la trouve plutôt dans les systèmes digestifs des animaux et, de là, dans les sols à travers le monde.

Autrement dit, les humains peuvent être exposés à Clostridium tetani d’une grande variété de façons, mais qui ont davantage à voir avec la vie sur une ferme ou dans la nature, qu’avec la menuiserie. Par exemple, en nettoyant la cage d’un animal ou en étant mordu par un animal infecté.

Si on commence à travailler sur une ferme, s’assurer d’être à jour dans ses injections pourrait donc être plus important que si on rénove la maison. Au Québec, le ministère de la Santé suggère de renouveler son vaccin tous les 10 ans.

La croyance populaire veut que le tétanos soit associé à la rouille. Ce n’est pas le cas. Une blessure occasionnée par un objet non rouillé peut aussi servir de porte d’entrée au tétanos — en fait, n’importe quelle blessure peut servir de porte d’entrée à la bactérie. Clostridium tetani peut par exemple coloniser une vieille maison ou une grange abandonnée par le biais de la terre, de la poussière ou des excréments des animaux. Cette bactérie n'attend qu’une blessure de votre part pour s’infiltrer ; mais cette blessure n’a pas besoin de provenir d’un clou. Ni d’un clou rouillé !

Ce texte est une adaptation du billet rédigé en anglais par Ada McVean, publié sur le site de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill.