Sans la vigilance de sa belle-fille, Naomie Bourdon, Pierre-Luc Côté aurait fort probablement perdu la vie le 11 novembre dernier. On l'aperçoit en compagnie de sa conjointe Isabelle Lemay et de leur fille Eva.

Sauvé par la vigilance de Naomie

9-1-1. Voilà trois simples chiffres qui ont permis de sauver la vie à Pierre-Luc Côté le 11 novembre dernier, grâce à la vigilance et la vivacité d'esprit de sa belle-fille Naomie Bourdon, à peine âgée de 10 ans.
<p>La jeune Naomie Bourdon (à l'avant) a reçu un certificat de reconnaissance pour son appel au 9-1-1 qui aura permis de sauver une vie. Sur la photo, on retrouve Jocelyn Descent, directeur du poste de la Sûreté du Québec à Bécancour, Mario Doucet, chef aux opérations à la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie, le survivant Pierre-Luc Côté et sa fille Eva, Jeannot Gauthier, ambulancier, et Bruce Lord, policier à la Sûreté du Québec.</p>
Cette soirée avait pourtant tout de ce qu'il y a de plus banal pour ne pas passer à l'histoire. Après un repas de pâté chinois, Naomie regardait la télévision pendant que sa mère, Isabelle Lemay, était sortie prendre une marche, et que Pierre-Luc s'occupait de sa fille Eva à l'étage supérieur.
Puis soudain, alors qu'elle parlait à son beau-père et que celui-ci ne lui répondait pas, la jeune fille a monté les marches pour obtenir une réponse. À son arrivée dans la chambre, elle a vite compris que quelque chose ne tournait pas rond, car Pierre-Luc était allongé sur le lit, avait de la difficulté à respirer et émettait des sons inquiétants.
Aussitôt, Naomie a eu le réflexe de composer le 9-1-1. «Je me suis rendu compte qu'il n'était pas conscient. Je ne savais pas ce qui se passait. J'étais assez paniquée», se souvient la jeune fille qui a récemment été honorée par la Sûreté du Québec pour son geste.
Entre-temps, la conjointe de la victime est revenue à la maison et a pris le relais. Au téléphone avec le responsable au 9-1-1, Mme Lemay a effectué le massage cardiaque. «C'était atroce, je criais très fort. Il commençait à être bleu. Je pensais que c'était fini...», dit-elle.
À ce moment, Naomie a rapidement filé chercher de l'aide chez le voisin, Jeannot Gauthier, ambulancier de métier. Ce dernier a poursuivi les manoeuvres de réanimation jusqu'à l'arrivée de ses collègues ambulanciers en service.
Une fois les services d'urgence arrivés dans le quartier résidentiel du secteur Saint-Grégoire, à Bécancour, il aura fallu trois décharges de défibrillateur pour ramener Pierre-Luc Côté à la vie.
C'était ensuite officiel, l'appel de Naomie venait de sauver la vie de cet opérateur de l'aluminerie de Bécancour, victime d'un arrêt respiratoire causé par le syndrôme du QT long, une anomalie rare du système électrique du coeur. «J'ai passé proche... Heureusement, tout est bien tombé cette journée-là pour permettre de me réanimer, l'appel au 9-1-1, notre voisin, les ambulanciers...», raconte le jeune père de famille de 31 ans qui a pu rentrer chez lui après trois jours passés dans un coma provoqué et un séjour de 16 jours à l'hôpital sous surveillance.
«C'est en me réveillant à l'hôpital que j'ai eu conscience que j'avais failli mourir. Je n'ai pas encore de souvenir de la journée de l'incident ni de la veille», explique-t-il.
Il va sans dire que sans la vigilance de la petite Naomie, Pierre-Luc Côté ne serait plus de ce monde pour profiter de la vie aux côtés de sa famille. La rapidité de son appel a aussi pesé beaucoup dans la balance. «Si elle m'avait appelé sur mon cellulaire avant d'appeler au 9-1-1, on aurait perdu de précieuses minutes. Chaque minute comptait pour arriver à le sauver», souligne sa mère.
Importante sensibilisation
C'est à l'âge de sept ans que Naomie a été sensibilisée par son père à l'importance de contacter le 9-1-1 en situation d'urgence. «Il m'a toujours dit que si quelque chose de grave arrivait, il fallait appeler le 9-1-1, toute de suite», raconte la jeune fille.
Sa mère Isabelle croit que l'histoire de son conjoint représente d'ailleurs une belle occasion pour les familles de discuter de ce sujet avec leurs enfants. «Le geste de Naomie a suscité beaucoup de réactions dans la famille, dans le quartier et aussi à son école. Je pense que ça serait un bon moment pour discuter de ces choses-là et sensibiliser les jeunes», explique Mme Lemay, qui tient du même souffle à souligner l'efficacité de la ligne d'urgence 9-1-1.
À la Sûreté du Québec, on profite également de l'occasion pour rappeler à la population l'importance d'éduquer les jeunes enfants sur les gestes à poser dans le cas d'une urgence. «Lorsqu'on croit que les jeunes sont en âge d'intervenir, il faut alimenter la discussion et les amener à reconnaître le numéro 9-1-1. Il faut aussi bien leur expliquer dans quelles circonstances appeler», mentionne le sergent Hugo Fournier, porte-parole à la SQ.