Jean-Denis Girard, député de Trois-Rivières, Julie Boulet, députée de Laviolette et ministre responsable de la région, le ministre de la Santé Gaétan Barrette ainsi que le Dr Pierre Martin, chef adjoint du GMF du Cap.

Une première superclinique en Mauricie

Trois-Rivières — C’est à Trois-Rivières qu’ouvrira la toute première superclinique en Mauricie. Le ministre de la Santé Gaétan Barrette est venu en faire l’annonce, jeudi, confirmant du même coup que c’est du côté de la clinique du boulevard Du Carmel que s’implantera cette nouvelle ressource visant à améliorer l’accessibilité aux services de première ligne.

C’est en fait la clinique du Groupe de médecine familiale (GMF) du Cap qui opérera la superclinique, mais à Trois-Rivières, dans des locaux aménagés du côté de la clinique Du Carmel, qui fait actuellement l’objet de travaux pour un agrandissement de plus de 5000 pieds carrés. Les services y seront dispensés à compter du 1er mars et la superclinique fournira aux patients une accessibilité à raison de 12 heures par jour, sept jours par semaine. 

En termes clairs, indique le ministre Barrette, il s’agit ni plus ni moins que d’une mini urgence, où l’on dispensera les soins aux patients présentant des problèmes de santé généralement classés à l’urgence de priorité 4 ou 5, mais sans avoir à passer par la salle d’urgence. Si une personne n’a pas de médecin de famille ou n’est pas en mesure de consulter le sien rapidement, la superclinique devient alors le «filet de sécurité» qui permettra de dispenser des soins plus rapidement aux patients présentant des urgences mineures. 

De cette façon, la superclinique sera en mesure de dispenser un minimum de 20 000 consultations par année aux patients qui ne sont pas inscrits auprès d’un médecin de ce GMF. La clinique permettra aussi d’offrir des services de prélèvement et d’imagerie médicale de proximité. 

Le projet était dans la tête de l’équipe du GMF du Cap depuis de nombreuses années, même bien avant que le concept de superclinique ne soit proposé par les libéraux, a fait savoir le Dr Pierre Martin, chef adjoint du GMF du Cap. «Pour les consultations mineures dans le réseau, c’était le filet de sécurité qui nous manquait pour permettre une bonne efficacité des soins de santé dans l’ensemble du réseau. Et ça a été possible grâce à la collaboration de l’ensemble du réseau de la santé», indique le Dr Martin, qui reconnaît qu’un défi d’éducation auprès de la population s’impose maintenant pour s’assurer que la population sache désormais où aller consulter quand ils en ont besoin.

Grand-Mère?

Si l’annonce de l’ouverture de la première superclinique en Mauricie s’est faite à Trois-Rivières, on a pu comprendre jeudi que ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’on procède à une seconde annonce de la sorte du côté de Grand-Mère. D’ailleurs, le ministre Barrette avait confirmé, en août dernier, que le GMF de Grand-Mère, soit la Coopérative de solidarité santé Le Rocher, deviendrait bientôt une superclinique. 

«La prochaine sera sans aucun doute Grand-Mère. Il n’y a que quelques ajustements à faire», confirme le ministre Barrette, ajoutant du même souffle qu’une troisième superclinique aurait aussi sa place dans la région. 

«Compte tenu de la population de Trois-Rivières, il pourrait y en avoir une autre sans aucun problème. Le ratio que l’on souhaite est d’une pour 50 000 personnes. Par contre, celle qui est ici pourrait grandir à un niveau tel qu’elle pourrait faire le travail de deux. Je sais que l’équipe du Dr Martin est vraiment engagée pour agrandir rapidement, surtout en fonction de l’arrivée de nouveaux médecins, et je vous annonce que je travaille très fort pour augmenter le nombre de médecins qui viennent s’installer ici en Mauricie et au Centre-du-Québec», mentionne le Dr Barrette.

La superclinique de Trois-Rivières est la 23e à ouvrir ses portes au Québec. Elle regroupera trois infirmières auxiliaires, une infirmière technicienne et une infirmière clinicienne en plus des ressources médicales attribuées, ce qui impliquera aussi l’embauche de nouveaux médecins, a confirmé le ministre Barrette.