La mairesse de Nicolet Geneviève Dubois.

Soins spécialisés: la mairesse de Nicolet souhaite établir un dialogue

La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, souhaite établir un dialogue avec les ministres Gaétan Barrette et Laurent Lessard dans le dossier des soins spécialisés perdus au Centre Christ-Roi.
Cette approche de main tendue découle d'une récente annonce faite par le duo ministériel et qui concernait le rétablissement des services de radiologie à Plessisville.
«Les ministres Barrette et Lessard envoient un message clair qu'un meilleur accès à des services diagnostiques de proximité est important et que le gouvernement est à l'écoute des besoins de la population des régions.
Il est important de rappeler que la population n'avait plus accès aux services de radiologie depuis février 2016 et qu'elle devait se rendre à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska, un trajet de 23 minutes. Cette décision nous donne espoir pour le rétablissement de nos cliniques externes spécialisées», a-t-elle indiqué.
Au début du mois, une pétition a été lancée afin de demander au gouvernement le rétablissement, au Centre Christ-Roi, des services de cliniques externes d'orthopédie, d'ORL, de plastie, de chirurgie générale et endoscopie, de cardiologie et de gynécologie. On réclame aussi la pérennité de la clinique externe d'urologie, la pharmacie ainsi que les deux services d'urgence mineure du Centre Christ-Roi de Nicolet et du Centre multiservices en santé et services sociaux de Fortierville.
«Nous souhaitons démontrer aux ministres Lessard et Barrette, respectivement ministre responsable de la région Centre-du-Québec et ministre de la Santé et des Services sociaux, notre ouverture au dialogue en lien avec les besoins de nos citoyens et citoyennes en matière de services de santé», poursuit la mairesse Dubois.
Selon elle, il faut poursuivre les efforts et poser un geste citoyen en signant la pétition qui est en ligne jusqu'au 12 mars sur le site de l'Assemblée nationale sous le nom de pétition Centre Christ-Roi de Nicolet. On peut également la signer dans les bureaux municipaux, les pharmacies, les cliniques médicales et les groupes communautaires.
«Chaque signature compte. Notre santé est importante, et nos services de proximité en santé, nous y tenons», a-t-elle conclu.