Patrice Larin, directeur général du Centre de prévention du suicide - Accalmie

Prévention du suicide: des statistiques encourageantes

TROIS-RIVIÈRES — À l’aube de la Semaine de prévention du suicide, de nouvelles données entourant le suicide dans la région démontrent une baisse constante du taux de suicide en Mauricie et au Centre-du-Québec depuis 2011. Des statistiques qui réjouissent le Centre de prévention du suicide — Accalmie, qui voit en ces données la démonstration concrète du succès des multiples actions posées par l’organisme mais également par tous les partenaires du milieu.

Les plus récentes données compilées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) démontrent qu’en 2016, 79 personnes dans la région se sont enlevé la vie, comparativement à 105 en 2011. Entre ces années, le nombre de suicides s’inscrit toujours à la baisse, avec une légère stagnation entre 2015 et 2016. Par ailleurs, le taux ajusté de suicide pour l’ensemble du Québec entre 2014 et 2016 démontre que la Mauricie et le Centre-du-Québec se situent maintenant au cinquième rang des régions ayant le plus fort taux de suicide, une statistique qui plaçait autrefois la région au troisième rang.

Pour Patrice Larin, directeur général du Centre de prévention du suicide — Accalmie, il s’agit d’une baisse intéressante qui s’inscrit dans une tendance à la baisse que l’on constate d’ailleurs à la grandeur de la province. «Ce que ça me dit, c’est que la mobilisation des communautés, des centres de prévention du suicide et des partenaires depuis plusieurs années donne des résultats intéressants», constate celui qui est convaincu que la première façon de prévenir le suicide est d’en parler. Ce sera d’ailleurs le thème de la prochaine Semaine de prévention du suicide qui débute ce dimanche, «Parler du suicide sauve des vies».

«Parler, prendre la parole, selon moi, ce sera toujours fondamental. Plus on en parle, plus les gens deviennent alertes. Dès qu’on a un doute, il est important d’en parler à nos proches, de démontrer qu’on a de l’intérêt pour leur bien-être, qu’on les aime et qu’on peut les soutenir», croit M. Larin.

Dans les dernières années, les différentes actions menées par le Centre de prévention du suicide — Accalmie a pu avoir des effets positifs sur la baisse du taux de suicide, note le directeur général. Outre la ligne d’intervention 1-866-APPELLE, l’organisme continue de former de nombreuses personnes, notamment dans les milieux de travail, avec la formation Sentinelles. À ce jour, plus de 1000 personnes ont été formées sur le territoire et reçoivent ponctuellement des mises à jour.

Patrice Larin explique qu’en 2018, le volume de membres de services aura augmenté de plus de 11 % par rapport à l’année dernière, soit 11 % de plus de personnes ayant bénéficié de l’un ou l’autre des services du centre, tant sur la ligne d’appel, avec les interventions, les différents services d’hébergement, etc. Par ailleurs, dès le 1er avril prochain, les services de l’organisme qui sont présentement en cours d’implantation dans la région de Mékinac et du Centre-de-la-Mauricie seront opérationnels à 100 %, avec une présence physique dans cette région en plus des services habituels du centre.

Durant la prochaine semaine, le Centre de prévention du suicide — Accalmie multipliera les actions de visibilité dans la communauté afin de se joindre aux événements entourant la Semaine de prévention du suicide. Déjà, mercredi, les intervenants du centre ont entamé la Grande virée, soit une visite de plus de 200 partenaires, entreprises et commerces pour s’afficher et les sensibiliser aux différents services d’aide disponibles. Mardi, l’organisme sera présent à la marche pour la prévention du suicide du Centre d’amitié autochtone de La Tuque. Puis, jeudi, ils se rendront sur la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières, où ils tiendront un kiosque afin d’aller vers la population.