Le vice-président régional FSSS-CSN, Claude Audy, s'adressant à un groupe de préposés aux bénéficiaires devant le Centre Christ-Roi de Nicolet.

Pénurie de préposés aux bénéficiaires dénoncée au Centre-du-Québec

Après avoir fait l'objet la veille d'une mobilisation pour sauver ses services spécialisés, le Centre Christ-Roi de Nicolet a été cette fois le théâtre d'une manifestation à saveur régionale pour dénoncer la pénurie de préposés aux bénéficiaires. Il en manquerait près de 300 en Mauricie et au Centre-du-Québec.
«Assez, c'est assez», ont-ils lancé, jeudi, devant l'établissement, et ce, en présence de la mairesse Geneviève Dubois. «Ça prend du monde pour rétablir des services de qualité», a-t-elle confié au Nouvelliste tout en précisant qu'elle était venue apporter son appui moral au personnel.
À l'instar de leurs collègues de travail de l'ensemble de la région, les préposés aux bénéficiaires du Centre Christ-Roi ont lancé un appel à la solidarité quant à leur «difficile réalité professionnelle». La pénurie de travailleurs avec laquelle ils doivent conjuguer au quotidien est désormais intolérable. Ils soutiennent que le vase est maintenant trop plein et se disent épuisés de la situation.
«Ces travailleuses et travailleurs dévoués au service du citoyen considèrent que les coupes imposées par le gouvernement provoquent un criant manque de service qui devrait normalement être offert en CHSLD. Ces préposés n'en peuvent plus d'avoir à faire davantage avec moins de ressources, et ce, au triste détriment du bien-être des patients», a déploré le vice-président régional FSSS-CSN, Claude Audy.
Selon lui, cette situation dramatique épuise littéralement les travailleuses et travailleurs de ce secteur, qui ont de plus en plus recours à l'assurance salaire. «L'épuisement professionnel est maintenant chose du quotidien pour eux», affirme celui qui rapporte des pleurs et du stress, parlant même d'un «climat de détresse extrême».
Celui-ci blâme l'employeur pour son immobilisme. «Il y a beaucoup d'événements qui se passent présentement dans tous nos établissements et l'employeur est encore en train de regarder des comités», ajoute celui qui se dit préoccupé par la sécurité des résidents alors qu'il manque parfois jusqu'à trois préposés par quart de travail.
Au cours de son intervention, M. Audy a salué la sortie de la mairesse de Nicolet effectuée la veille pour plaider la cause du Centre Christ-Roi, aux côtés de médecins. 
«Je me serais cru dans une assemblée syndicale. Tout ce qu'ils dénonçaient, c'est exactement ce qu'on dénonçait depuis au moins un an. Il va y avoir des pertes d'emplois. Ce seront les plus démunis qui vont payer pour ça. On a apprécié beaucoup cette sortie, c'est exactement le vécu qu'on dénonçait», a-t-il conclu.