Martin Beaumont

Martin Beaumont quitte le CIUSSS MCQ

Trois-Rivières — Le président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Martin Beaumont, quitte ses fonctions. Il a été nommé président-directeur général du CHU de Québec – Université Laval, le poste occupé avant la dernière campagne électorale par l’ancienne candidate libérale Gertrude Bourdon.

L’annonce de cette nomination a été faite mercredi après-midi par le cabinet de la ministre de la Santé, Danielle McCann, quelques heures après que le Journal de Québec eut révélé que la candidature de Gertrude Bourdon à sa propre succession avait été rejetée par le conseil d’administration du CHU de Québec. 

Selon le quotidien, 22 personnes auraient au total manifesté leur intérêt pour cette fonction. L’affichage avait été prolongé d’une dizaine de jours en raison du faible nombre de dossiers initialement soumis. Et c’est à ce moment que Martin Beaumont a déposé sa candidature. 

La ministre McCann estime que le nouveau président-directeur général du CHU de Québec – Université Laval «a su démontrer, au cours de son impressionnante carrière, de grandes aptitudes de gestion qui lui permettront d’assumer son rôle avec leadership, rigueur et intégrité». Les nouvelles fonctions de Martin Beaumont débuteront le 21 janvier 2019 et il reste en poste dans la région jusqu’à cette date.

Martin Beaumont avait été nommé à la tête du tout nouveau CIUSSS MCQ en 2015. Détenteur d’un doctorat en santé publique et d’une maîtrise en administration des services sociosanitaires de l’Université de Montréal, M. Beaumont a aussi agi à titre de directeur général des Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Basse-Côte-Nord, de Sept-Îles et du Nord de Lanaudière. 

«J’ai gravité presque toute ma carrière dans des régions urbaines et semi-urbaines. Je voulais vivre une expérience en centre urbain avec un centre universitaire, de la recherche et de l’enseignement», explique 

Martin Beaumont en entrevue au Nouvelliste. «Il y avait là une opportunité de carrière personnelle et professionnelle importante.»

Martin Beaumont dresse un bilan positif de ses années passées à la tête du CIUSSS MCQ. «C’était une organisation à créer. On a mis des processus en place, harmonisé les façons de faire et les pratiques. Tout n’est pas parfait, mais on a été capable d’améliorer la qualité et la quantité des soins offerts à toute la population», estime-t-il. «Performance des urgences, accès chirurgical, accès en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme, santé communautaire, santé mentale, tous ces indicateurs se sont améliorés de façon significative. Je suis extrêmement fier de mon équipe à cet égard.»

La mise en commun des institutions de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec a permis, ajoute Martin Beaumont, une meilleure prise en charge des patients. «On jouait au ping-pong avec la clientèle. Maintenant, chaque client qui se présente dans nos murs est de responsabilité collective», note-t-il.

Lors de son mandat dans la région, Martin Beaumont a dû régulièrement faire face à la grogne des infirmières et du personnel soignant exacerbés par les heures supplémentaires obligatoires. Le Syndicat des professionnels en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec (SPSMCQ) et le CIUSSS MCQ sont toutefois en voie de signer la nouvelle convention collective. De plus, M. Beaumont était également en poste lorsqu’une enquête a été ouverte sur les soins offerts à la résidence Cooke de Trois-Rivières, après que la fille d’une résidente eut filmé deux personnes âgées au sol après avoir chuté de leur lit. 

L’intérim à la direction du CIUSSS MCQ sera assuré par Carol Fillion, l’actuel président-directeur général adjoint de l’organisation. Il prendra ses fonctions le 21 janvier 2019. Par la suite, Québec entamera un processus de sélection d’un nouveau président-directeur général. 

Martin Beaumont sait qu’il fera face à nouveau à des défis de main-d’œuvre à Québec, où le taux de chômage est de 3,9 %. 

«Nous allons être un employeur de choix et attirer la main-d’œuvre à travailler en santé et services sociaux. 

C’est un défi en Mauricie-Centre-du-Québec, mais c’est généralisé dans l’ensemble des établissements du Québec», mentionne-t-il. 

Avec la collaboration du Soleil