Des proches de résidents ont déploré le manque de personnel au Centre d’hébergement Roland-Leclerc.

Manque de personnel au Centre d’hébergement Roland-Leclerc: une situation généralisée, selon le syndicat

Trois-Rivières — Le manque de personnel au Centre d’hébergement Roland-Leclerc, qui a été déploré par des proches de résidents qui ont accordé une entrevue au Nouvelliste, ne fait pas exception à ce qui se déroule dans l’ensemble du réseau de la santé, selon Yanik Pinard, vice-président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS-MCQ.

Selon lui, la situation n’a rien de nouveau et est décriée depuis des mois, voire des années, sur la place publique. «On nous demande depuis plusieurs années de faire plus avec moins. Maintenant, on est rendu à faire plus avec rien. C’est un problème de recrutement, mais aussi de rétention du personnel», indique M. Pinard, qui ajoute que le syndicat se prépare actuellement à entrer en négociations pour le renouvellement de la prochaine convention collective, qui doit venir à échéance en avril 2020.

«Selon nous, la solution va passer par une meilleure reconnaissance des emplois, ce qui veut aussi dire des salaires. Il faut que le métier soit attractif et pour le moment, ça ne l’est pas», mentionne Yanik Pinard, ajoutant que le manque de personnel ne se fait pas uniquement sentir au niveau des préposés aux bénéficiaires, mais est généralisé dans plusieurs catégories d’emplois représentés par ce syndicat.

Du côté du CIUSSS-MCQ, on indique que le manque de personnel décrié dans les pages du Nouvelliste ce lundi ne reflète pas la situation des derniers jours au Centre d’hébergement Roland-Leclerc. Cette fin de semaine, par exemple, la structure en place était «quasi complète», selon Guillaume Cliche, porte-parole du CIUSSS-MCQ, qui mentionne se questionner sur le bris de service rapporté par une ancienne infirmière dans l’article. Malgré un manque de préposés aux bénéficiaires au Centre Roland-Leclerc, M. Cliche affirme que le CIUSSS-MCQ a fait appel, au courant de la fin de semaine, à des aides de service, qui ne peuvent effectuer l’ensemble des tâches des préposés, mais qui ont comme rôle d’alléger leur charge de travail.

Toutefois, ce dernier explique que les faits indiqués font peut-être référence à des situations qui ont eu lieu dans les dernières semaines ou les derniers mois.

En réponse à l’affirmation d’une dame qui avait remarqué que sa mère ne pouvait pas recevoir un bain de façon hebdomadaire, le CIUSSS-MCQ mentionne qu’il se peut, occasionnellement, que des bains soient reportés en raison d’un manque de personnel. M. Cliche indique que dans ce type de situation, un soin d’hygiène est tout de même effectué. «Le défi est toujours là, de semaine en semaine, au niveau de la planification de la main-d’œuvre, dit-il. La situation de pénurie de main-d’œuvre est forte au niveau de la santé, mais elle l’est aussi dans d’autres secteurs.»