La Maison Albatros négocie présentement avec les Filles de Jésus pour déménager et agrandir ses services dans le couvent qui sera bientôt délaissé par les sœurs.

Maison Albatros: un agrandissement aux Filles de Jésus?

Trois-Rivières — De très sérieuses discussions ont cours actuellement entre la direction de la maison de soins palliatifs Albatros de Trois-Rivières et la communauté religieuse des Filles de Jésus afin que la ressource puisse déménager à l’intérieur des locaux de cette communauté religieuse, sur le boulevard Saint-Louis à Trois-Rivières. La maison Albatros pourrait du même coup réaliser son projet d’agrandissement qu’elle caresse depuis longtemps.

On savait déjà que les Filles de Jésus déménageraient bientôt, en même temps que les communautés religieuses des Ursulines et des Carmélites, à l’intérieur d’une nouvelle résidence qui est présentement en train d’être bâtie sur les terrains de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Le bâtiment Kermaria du boulevard Saint-Louis avait déjà fait l’objet d’une annonce par les Habitations populaires du Québec qui transformeront le couvent en résidence pour personnes âgées à faible ou à moyen revenu.

Toutefois, le bâtiment qui abrite l’infirmerie des Filles de Jésus serait tout à fait approprié pour accueillir l’agrandissement de la Maison Albatros. C’est d’ailleurs sur cette portion du bâtiment que les négociations se tiennent présentement. «Ça avance bien, et nous sommes confiants qu’on va pouvoir finaliser une entente», mentionne sœur Gisèle Lacerte, vice-provinciale de la communauté des Filles de Jésus.

Par contre, plusieurs détails restent encore à être attachés, si bien qu’il est actuellement prématuré de se prononcer sur une éventuelle date de déménagement. «Il n’y a pas de déménagement imminent. Il reste encore bien des choses à attacher alors ce serait prématuré de faire une annonce pour le moment. C’est, disons, très bien engagé, mais ce n’est pas réglé», résume la directrice de la Maison Albatros, Anne-Marie Hébert.

Cette dernière signale toutefois que lorsque tout aura été attaché, la ressource en soins palliatifs prévoit lancer une campagne majeure de financement et demander l’appui de la population afin de l’aider dans ce grand projet, qui ferait passer de six à dix lits le nombre de places dans cette ressource.

Déjà, lors de la dernière campagne électorale, l’agrandissement de la ressource en soins palliatifs avait occupé l’agenda électoral des candidats de la région. Le candidat de la CAQ, et maintenant député de Trois-Rivières Jean Boulet, y avait d’ailleurs pris des engagements. Le député sortant et candidat libéral Jean-Denis Girard avait fait la même chose, en s’engageant à un financement annuel récurrent de 300 000 $, un montant qui permettrait l’augmentation du nombre de lits de six à dix.

Le projet d’agrandissement prévoit également certains services qui ne peuvent actuellement pas être dispensés dans les locaux de la ressource, situés sur la 1re Avenue à Trois-Rivières.

L’an dernier, 131 personnes ont franchi les portes de la ressource de soins palliatifs.