Le lancement de la campagne de l'oeillet et de la Marche de l'espoir s'est déroulé jeudi en présence de Marie-Karine Raby, étudiante en fleuristerie, Francine Lamarche, directrice générale de la Société canadienne de la sclérose en plaques - section Mauricie, Claudet Forest, bénévole, et Charles-Antoine Pilotte, président de Gestion événementielle 3R, président d'honneur.

Mai, le mois de la sclérose en plaques

Le mois de mai est dédié à la sensibilisation à la sclérose en plaques. Comme par les années passées, les actions de sensibilisation et de collecte de fonds se déploieront à travers la campagne de l'oeillet et la Marche de l'espoir.
La campagne de l'oeillet se tiendra du 11 au 13 mai. L'oeillet a été désigné comme fleur symbolique du soutien à la cause. Des bouquets seront mis en vente dans une vingtaine de points de services à Trois-Rivières, Shawinigan et Saint-Tite.
Cette année, l'organisation a demandé au département de fleuristerie de l'École d'agriculture de Nicolet d'élaborer deux nouveaux bouquets liés, et de réaliser un concept de bouquet en pot, le Bouquet signature.
Quant à la Marche de l'espoir, elle sera lancée à 10 h le 28 mai au parc portuaire de Trois-Rivières. Cette marche de 5 km vise aussi à recueillir des fonds pour la Société canadienne de la sclérose en plaques. L'objectif pour cette édition a été fixé à 35 000 $.
L'argent récolté sera dédié à la recherche et aux services offerts aux personnes atteintes de la maladie. On peut s'inscrire à la marche en ligne à l'adresse http://marchedelespoir.ca.
La sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques) qui affecte près de 20 000 personnes au Québec. Elle se déclare en général entre l'âge de 15 à 40 ans, et affecte trois fois plus de femmes que d'hommes.
Il s'agit d'une maladie évolutive et imprévisible dont les symptômes peuvent comprendre une fatigabilité extrême, des difficultés d'élocution, des troubles visuels, des tremblements, des engourdissements, des pertes d'équilibre et parfois même la paralysie.
À ce jour, il n'existe pas de moyen de prévention ni de remède pour la sclérose en plaques. Par contre, la recherche a permis des progrès en 20 ans. Le diagnostic peut être établi plus rapidement qu'avant, et les personnes atteintes de sclérose en plaques cyclique (poussées suivies de rémission) ont accès à des traitements modificateurs de l'évolution de la maladie, ce qui contribue à l'amélioration de leur qualité de vie.