Le président par intérim de la Fondation, Paul-Armand Girard, souhaite mettre tous les efforts nécessaires pour trouver de nouveaux moyens de financement pour l’organisme.

La Tuque: la Fondation dépose un plan d’action pour compenser les revenus de stationnement

LA TUQUE — Les dirigeants du CIUSSS avaient demandé un plan d’action à la Fondation pour la santé du Haut Saint-Maurice qui allait démontrer comment elle allait reprendre son autonomie sans les revenus du stationnement. Le plan a été déposé dans les délais imposés et le CIUSSS en fait actuellement l’analyse.

«On a effectivement bien reçu le plan d’action. On va prendre le temps de l’analyser et on va faire un suivi à la Fondation», a indiqué la porte-parole du CIUSSS-MCQ, Caroline Paquin.

Rappelons que La Fondation pour la Santé du Haut Saint-Maurice a appris récemment qu’elle allait perdre la gestion du stationnement qui est sa source de revenus à environ 80 %. Le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) va mettre fin à l’entente concernant le partage des revenus de stationnement.

Dans son offre, la Fondation propose de toucher les revenus à 100 % pour 2018-2019, 75 % en 2019-2020, 50 % en 2020-2021 et 0 % l’année d’après.

«Il s’agirait en tout de sept années de prolongation. Le décret ministériel date de 2014. Le CIUSSS-MCQ a donné quatre ans à la fondation pour se revirer de bord, ce qui n’avait pas nécessairement été fait. Il a fallu pédaler pas mal», explique le président de la Fondation par intérim, Paul-Armand Girard.

Il faut dire que le CIUSSS MCQ avait fait une exception pour La Tuque puisqu’il s’agissait du revenu principal de la Fondation. Une entente de trois ans avait été signée en 2015 entre les deux entités pour permettre à la Fondation de faire une planification stratégique, pour se repositionner comme comité philanthropique et développer des activités dans la communauté.

D’ailleurs, les membres du conseil d’administration de la Fondation se sont mis au travail pour trouver des activités, événements, conférences et autres pour augmenter les revenus.

«On ne veut pas aller dans les talles d’organisations bénévoles déjà en place à La Tuque. Il a fallu être très créatif et il y a de bonnes idées. […] On n’attend pas 2021 pour se mettre en action. On a déjà commencé à faire comme si nos revenus étaient déjà coupés», a indiqué M. Girard.

«Maintenant, on est en attente de la décision du CIUSSS MCQ à savoir si notre plan est accepté. Ça assurerait une transition plus douce. […] On garde espoir, mais on n’a pas la moindre incidence sur leur décision finale», a-t-il conclu.