L’inauguration de cette clinique située sur le boulevard du Carmel à Trois-Rivières a été effectuée lundi après-midi en présence notamment des docteurs Janie St-Onge, Pierre Martin et Michèle Fournier.

La superclinique de Trois-Rivières inaugurée

Trois-Rivières — Avec un objectif d’accueillir quelque 20 000 patients au cours de sa première année d’existence, la superclinique de Trois-Rivières aura, grâce à sa mission, un impact direct sur l’achalandage dans les urgences trifluviennes.

La superclinique du boulevard du Carmel a été inaugurée lundi, lors de son tout premier jour de fonctionnement. Quelque 20 professionnels de la santé, dont une quinzaine de médecins, composent l’équipe de la première superclinique de la région. Son mandat est d’offrir un meilleur accès aux soins de santé de première ligne.

«À Cloutier et au CHRTR, il y a 50 000 visites annuellement pour des P-4 et P-5 (cas d’otite, de brûlure mineure, d’infection urinaire). La superclinique en démarrage a l’objectif de 20 000 visites annuellement. Au fil du temps, d’ici deux ans, nous verrons à augmenter notre prestation de services à entre 25 000 et 30 000 visites annuellement. Ça vient réduire la pression», déclare le docteur Pierre Martin, chef adjoint du Groupe de médecine familiale (GMF) du Cap qui est l’administrateur de cette superclinique.

Environ 85 % de la population a un médecin de famille. Ce dernier demeure la première option pour accéder aux soins de santé, de même que les plages horaires du GMF pour le service sans rendez-vous. La superclinique s’occupera des gens orphelins de médecin.

«Il y a 19 500 personnes sans médecin de famille. La superclinique va faire toute une différence», estime Karine Lampron, directrice adjointe des services de soins ambulatoires de santé primaire et gestion des maladies chroniques au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«C’est une journée importante pour les citoyens, déclare le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard. On parle d’un modèle novateur, mieux adapté à nos sociétés, qui permet un accès beaucoup plus rapide.»

Ce projet de superclinique a pris trois ans avant d’être réalisé. Il fallait aménager une bâtisse de 5500 pieds carrés avec tout ce que ça comporte comme exigences en disposition de bureaux de consultation, en pose d’équipements médicaux, en installation du réseau informatique, etc. Quelque 450 000 $ ont été investis.

«On peut dire: enfin! Ça fait longtemps qu’on en parle», raconte le docteur Pierre Martin, qui a insisté sur la nécessité de miser sur des médecins dévoués à la cause afin de couvrir les plages horaires de la superclinique qui seront de 8 h à 20 h, sept jours par semaine, dès le 30 avril.

«Le principal défi est la participation médicale. On impose aux finissants en médecine des heures de garde à la superclinique. C’est ce qui fait que c’est possible», ajoute la docteure Michèle Fournier, membre du GMF du Cap et une des responsables du projet de superclinique.

Sa collègue Janie St-Onge exprimait volontiers son enthousiasme lors de l’ouverture officielle de la superclinique. La docteure St-Onge s’est grandement impliquée dans ce projet qui évitera à bien du monde de patienter durant des heures dans une salle d’attente d’une urgence.

«À l’urgence, l’infirmière au triage pourra référer le patient au bon endroit. Le patient ne passera pas la nuit à l’urgence: il prend rendez-vous et se présente ici pour la consultation.»

Selon la docteure St-Onge, chaque médecin verra entre 26 et 35 patients par jour. À deux médecins par jour, c’est entre 52 et 70 personnes qui obtiendront quotidiennement une consultation médicale à l’extérieur des services d’urgence.